Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

colloque Russie



retour sommaire suite

Intervention de Valery DRAGANOV

Valery DRAGANOV
Président de la Commission de la politique économique, de l'entrepreneuriat
et du tourisme de la Douma de Russie

Mesdames et messieurs, chers amis, la corruption et le protectionnisme existent en effet en Russie. Mais comment pourrait-il en être autrement après soixante-dix ans de dictature communiste, qui nous ont complètement isolés du reste du monde ? Surtout, de tels phénomènes ne relèvent pas de la personnalité russe, et ne doivent pas être considérés comme une spécialité nationale : il s'agit d'un héritage très lourd, que d'autres pays pourraient connaître s'ils avaient connu la même Histoire.

Je rencontre fréquemment les représentants du monde des affaires à Moscou et nous nourrissons un dialogue constant. De ce point de vue, je puis vous assurer que ce qui avait été promis par la Douma a été effectivement mis en oeuvre. Des changements très positifs sont survenus en Russie au cours des dernières années et nul ne saurait le nier. Depuis quelque temps, la Russie prend également une part de plus en plus active aux institutions internationales. Notre pays lie ainsi son avenir à celui de l'Europe et à celui de la civilisation mondiale, et nombreux sont nos intérêts communs dans les domaines économique, social ou encore humanitaire. Nous menons des réformes institutionnelles et depuis la fin des années 90, ces réformes ont transformé radicalement le contexte d'investissement en Russie. Les réformes qui visent le changement administratif pour débarrasser notre société de la pression bureaucratique, ou celles visant à dynamiser notre société, permettent le renforcement de l'attractivité de notre pays aux yeux des investisseurs internationaux et particulièrement européens.

Plusieurs lois ont contribué concrètement à ces changements. L'une d'entre elles a porté sur la régulation des relations entre le secteur marchand et l'Etat, avec notamment l'encadrement des possibilités de concession. L'évolution du système juridique russe fait également l'objet de toute notre vigilance, avec une attention particulière portée aux secteurs hydraulique et énergétique. Nous sommes à l'écoute du secteur des affaires et nous souhaitons favoriser la mise en oeuvre de réformes par l'ensemble des acteurs : Etat fédéral, régions, etc. L'objectif est de réaliser une percée importante afin de voir émerger de nouvelles infrastructures et des conditions propices au développement économique. Quatre projets nationaux ont été lancés et une cinquantaine de nouveaux projets de loi sont en cours d'examen par la Douma, sur tous ces sujets. L'afflux de capitaux en Russie ne constitue pas un phénomène nouveau mais nous accordons une attention toute particulière à la qualité des investissements en provenance de l'étranger. Nous avons ainsi décidé de nous concentrer sur quatre secteurs prioritaires qui jouent un rôle structurant pour l'économie et la société : l'éducation, la culture, la santé et le secteur agroalimentaire.

Le plan budgétaire russe est en cours d'élaboration pour l'année 2006 et ce travail est effectué dans le souci de clarté et de lisibilité qui animent les responsables économiques russes et étrangers. De ce point de vue, le développement de projets co-financés sur fonds publics et privés constitue un signal important pour les investisseurs. Plus largement, nous avons rendu publique une liste de projets à long terme qui devraient voir le jour dans le domaine des infrastructures, tant pour les infrastructures routières que dans le domaine des ports, par exemple. Un retard important avait été pris par la Russie du point de vue de la place des petites entreprises mais nous souhaitons résolument faire évoluer cette situation.

Dans le domaine énergétique, au-delà des grands oléoducs en cours de construction, la coopération avec l'Europe se renforce dans le domaine de l'énergie et plusieurs monopoles font l'objet de mesures visant à voir leurs structures évoluer. Nous avons aussi l'intention de développer les conditions de concurrence dans notre pays. La Douma étudie actuellement 400 projets de loi concernant la réglementation, qui devraient permettre à la Russie de se conformer aux standards internationaux dans le domaine de l'ouverture à la concurrence du secteur de l'énergie. La défense de la propriété intellectuelle constitue aussi un domaine très important et le 4ème paragraphe de la loi russe sur ce sujet porte spécifiquement sur ce type de droits. Il s'agit d'un problème qui dépasse de loin le cadre russe et concerne l'ensemble des acteurs européens.

Nous n'avons pas l'intention de nous arrêter là. L'exportation de nos produits ne cesse de croître et les infrastructures anciennes doivent être modernisées. Le renforcement du partenariat entre les secteurs privé et public constitue un autre axe de réforme. Dans le domaine institutionnel, la coopération avec les organes administratifs appelle la poursuite de nos efforts. Il en va de même pour la politique fiscale et pour l'ouverture du secteur financier russe (même si des précautions devront être prises dans ce domaine). Bref, nos efforts sont multiples et soyez assurés que la Russie fera tout pour continuer à améliorer les conditions de développement des activités économiques sur son territoire.

retour sommaire suite