Allez au contenu, Allez à la navigation

Mécanisme " change-prix "

9e législature

Question écrite n° 01989 de M. Pierre-Christian Taittinger (Paris - U.R.E.I.)

publiée dans le JO Sénat du 20/10/1988 - page 1154

M. Pierre-Christian Taittinger demande à M. le ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères, quel correctif il entend apporter au mécanisme " change-prix " qui avait été mis en place pour protéger les agents de son département contre les mouvements des taux de change et leurs conséquences sur les pouvoirs d'achat. Il ne s'agissait pas, à l'époque, d'établir un parallélisme entre l'évolution des situations des fonctionnaires, mais de souligner la spécificité de la mission des agents à l'étranger et de leurs conditions de vie. Il paraît nécessaire aujourd'hui, après quelques années de pratique, de revoir la complexité du mécanisme et de réduire les décalages dans le temps.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 16/03/1989 - page 436

Réponse. - L'ajustement à la hausse comme à la baisse des indemnités de résidence de l'ensemble des personnels civils et militaires de l'Etat en poste à l'étranger et dont les rémunérations sont régies par le décret n° 67-290 du 28 mars 1967, résulte d'un mécanisme d'évolution des gains ou pertes de pouvoir d'achat de ces agents entre deux dates. Le dispositif retenu depuis dix ans a pour but de leur garantir un pouvoir d'achat constant au cours de leur mission à l'étranger, quels que soient les mouvements de changes et de prix constatés dans leurs pays de résidence, entendu que l'évolution du pouvoir d'achat à l'étranger des fonctionnaires expatriés doit être rigoureusement identique à celle des agents de l'Etat en métropole. Le ministère de l'économie, des finances et du budget et le ministère des affaires étrangères, sur la base de ces principes, constatent pour l'ensemble du monde, en fin d'exercice d'une année, les gains ou les pertes de l'année écoulée. Le solde ainsi évalué, il est procédé, au mois de janvier de l'année suivante, aux ajustements des indemnités de résidence des agents. Pour éviter cependant les inconvénients liés à une mise en oeuvre des ces ajustements sur un trop long laps de temps et pour éviter notamment que les ajustements des indemnités de résidence n'interviennent alors que l'évolution des changes s'est retournée, le Département, en liaison avec le ministère de l'économie, des finances et du budget, étudie les modalités d'une accélération du mécanisme " change-prix ". Il est envisagé, en particulier, de réduire à un trimestre la période d'ajustement pour les pays de l'O.C.D.E., ainsi qu'une meilleure adaptation des indices de prix retenus à la structure réelle de consommation des agents expatriés, notamment par l'élaboration d'indices de prix I.N.S.E.E. pour plusieurs pays. Par ailleurs, le système " change-prix " repart au 1er janvier 1989 sur de nouvelles bases arrêtées par le Premier ministre. La mobilisation au profit des agents d'une enveloppe de 27 MF et l'annulation définitive du train de diminutions prévu en décembre au titre du solde du mécanisme " change-prix " pour la période 1986-1987 sont acquises. Les organisations représentatives des personnels expatriés seront naturellement tenues informées des résultats de ces études et négociations.