Allez au contenu, Allez à la navigation

Plan en faveur du tourisme rural

9e législature

Question écrite n° 13229 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 10/01/1991 - page 51

M. Marcel Vidal attire l'attention de M. le ministre délégué au tourisme sur l'élaboration d'un plan en faveur du tourisme rural. Le tourisme rural est un secteur à fort potentiel mais ne bénéficiant pas du dynamisme qu'il mérite en raison d'une inadéquation entre les exigences des touristes et l'insuffisance des prestations qui peuvent leur être proposées, au niveau de l'hôtellerie en particulier. Il lui demande si l'élaboration d'un plan national en faveur du tourisme rural ne serait pas de nature, d'une part, à dresser un bilan de ce secteur d'activités, d'autre part, à mettre en oeuvre une action à long terme visant à promouvoir le tourisme vert.



Réponse du ministère : Tourisme

publiée dans le JO Sénat du 24/10/1991 - page 2356

Réponse. - Le développement du tourisme vert fait partie des priorités que j'ai annoncées lors de la présentation de la politique du tourisme pour 1991. Dans le cadre des contrats de plan Etat-région, une soixantaine de pays d'accueil et une quinzaine de pays côtiers bénéficieront de financements pour le développement du tourisme au niveau intercommunal. Pour ce qui concerne les politiques non contractualisées, des financements sont mis en place à travers le Fonds d'intervention touristique (F.I.T.) pour initier des opérations s'inscrivant dans la nouvelle perspective de tourisme de l'intérieur et de l'articulation ville-campagne, littoral-arrière-pays (enveloppe globale : 7 MF). Des opérations de réhabilitation de l'habitat rural à des fins d'usage touristique seront réalisées avec la Fédération nationale de l'habitat rural. La mise en valeur des grands sites, le développement des itinéraires culturels et touristiques, la mise en oeuvre de projets structurants (val de Loire, Pays cathare, station de campagne du Sud-Manche, etc.) permettront de développer le tourisme de l'intérieur. Les actions porteront également sur l'amélioration et la diffusion de la connaissance de la demande des clientèles européennes, sur l'amélioration de la qualité de l'offre (expérience de qualité contrôlée avec les " Pays d'accueil "), l'amélioration de la mise en marché des produits touristiques de l'espace rural. Pour ce qui concerne plus particulièrement la commercialisation, différentes études sont en cours de réalisation, en liaison avec d'autres départements ministériels (agriculture, Datar) : un audit de circuits commerciaux mis en place par les organismes du tourisme en espace rural (gîtes, Logis de France, S.R.L.A., V.V.F., Renouveau,...) ; cet audit est réalisé par l'association T.E.R. (Tourisme en espace rural) ; une étude sur la commercialisation des séjours hôteliers, instruite par la délégation aux investissements et aux profits ; uneanalyse des grands réseaux de distribution à l'échelle européenne et internationale, conduite par un groupe de pilotage Datar, agriculture, tourisme. Des actions de formation mises en place dès 1990 se sont développées en 1991 afin d'atteindre les objectifs de qualité, de professionnalisme et de commercialisation efficace. D'autre part, le ministère, par le biais de l'observatoire du tourisme, s'attache à identifier les données spécifiques au tourisme rural parmi l'ensemble des données statistiques en sa possession.