Allez au contenu, Allez à la navigation

Réforme des lycées

9e législature

Question écrite n° 13499 de M. Louis Moinard (Vendée - UC)

publiée dans le JO Sénat du 31/01/1991 - page 177

M. Louis Moinard appelle l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, sur les propositions du Conseil national des programmes pour la réforme des lycées. Certes, le souci d'allégement des programmes est louable, mais il ne doit pas servir à gérer la pénurie des enseignants. Ainsi, la suppression à hauteur de 25 p. 100 de l'enseignement de l'histoire, de la géographie et de l'éducation civique ne répond pas à la volonté par ailleurs exprimée de favoriser l'insertion de populations étrangères. Par conséquent, il lui demande de bien vouloir revoir la situation et lui indiquer les mesures qu'il entend prendre pour établir des programmes raisonnables fixés en concertation avec le corps enseignant.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 09/05/1991 - page 986

Réponse. - Le rapport remis par le Conseil national des programmes au ministre d'Etat, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, sur la réforme des lycées, a permis d'ouvrir le débat sur un aspect essentiel de la rénovation de notre système éducatif sans préjuger des décisions que le ministre sera amené à prendre dans ce domaine. Les suggestions qu'il contient sur l'aménagement des structures et l'organisation des enseignements donnent lieu acutellement à une très large concertation avec les partenaires du système éducatif, notamment au sein du Conseil supérieur de l'éducation. Il va de soi qu'il sera tenu compte des avis et des propositions qui se seront dégagés au cours de cette discussion pour l'élaboration des propositions ministérielles qui seront rendues publiques en avril ; les propositions donneront lieu à leur tour à la concertation avec tous les partenaires. Une fois cette concertation terminée, le ministre arrêtera ses décisions aucours du mois de juin 1991.