Allez au contenu, Allez à la navigation

Insuccès de la décentralisation culturelle en matière de littérature romanesque

9e législature

Question écrite n° 14055 de M. René Régnault (Côtes-d'Armor - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 28/02/1991 - page 398

M. René Régnault attire l'attention de M. le ministre de la culture, de la communication et des grands travaux sur le relatif insuccès de la décentralisation culturelle en matière de littérature romanesque et lui rappelle les chiffres d'une récente enquête réalisée par Le Monde des livres, laquelle révèle que 57 p. 100 des romans publiés sont écrits par des auteurs habitant Paris ou sa banlieue, tandis que 14 p. 100 des romanciers résident à l'étranger et 29 p. 100 seulement vivent en province. Soulignant que cette tendance risque de s'accentuer du fait de la forte concentration dans la capitale des éditeurs et de la nécessité pour les auteurs d'être à leur contact, tant en effet est infime la proportion de manuscrits publiés après avoir été envoyés par la poste, il lui demande s'il compte prendre des dispositions visant à enrayer ce déséquilibre et donc à lutter contre une importante limite de la réforme de décentralisation, dont on peut par ailleurs, au terme de huit années de mise en oeuvre, tirer un bilan très largement positif.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 30/05/1991 - page 1098

Réponse. - Le ministère de la culture est très attaché à favoriser le développement des maisons d'édition dans les régions. La comparaison des aides accordées par la direction du livre et de la lecture depuis 1984, avant même que soit entrée dans les faits la décentralisation, montre le souci de maintenir l'équilibre entre éditeurs parisiens et éditeurs provinciaux Nota voir tableau p.1096 Depuis 1990, les crédits d'aide à l'édition sont déconcentrés : 830 000 F en 1990 et 1 710 000 F en 1991 ont été confiés aux directions régionales des affaires culturelles ; cette déconcentration des aides à l'édition est la garantie pour les éditeurs de chaque région de trouver sur place la possibilité de bénéficier d'un soutien. Les conseillers techniques pour le livre et la lecture, présents en permanence dans chaque D.R.A.C., suivent ces dossiers. De plus, dans dix régions, des centres régionaux des lettres ont été mis en place, disposant d'un budget propre qui leur permet d'aider les éditeurs locaux à publier certains ouvrages et à organiser des actions de promotion, telle la participation aux grands salons nationaux ou la publication de plaquettes d'information sur l'édition régionale. Ils aident également les auteurs liés à leur région en leur attribuant des bourses de création ou de résidence. Par ailleurs, le Centre national des lettres, qui attribue des aides aux auteurs (bourses, années sabbatiques...), le fait sans pénaliser ni avantager ceux-ci en fonction de leur lieu de résidence. En 1989, 152 aides ont été accordées à des auteurs résidant à Paris et 91 à des auteurs résidant en province. Toutes ces mesures contribuent à faire naître ou à développer une vie intellectuelle active autour du livre dans les régions, dont certaines sont depuis longtemps des centres d'édition importants et des viviers d'auteurs : ce sont notamment la région lyonnaise, la Bretagne, le Midi (Languedoc - Côte d'Azur). Il est de moins en moins nécessaire d'être installé à Paris pour être un éditeur reconnu et compétent ; en conséquence, les auteurs sont, eux aussi, de plus en plus nombreux à pouvoir faire carrière en restant dans leur propre région. La modification d'une tradition de centralisation intellectuelle vieille de plusieurs siècles ne peut sans doute pas être aussi rapide que ne le permet la décentralisation des institutions.