Allez au contenu, Allez à la navigation

Dégradation du service public sur le réseau Nord de la SNCF

9e législature

Question orale n° 0295S de Mme Marie-Claude Beaudeau (Val-d'Oise - C)

publiée dans le JO Sénat du 03/04/1991 - page 236

Mme Marie-Claude Beaudeau attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, du logement, des transports et de la mer sur la détérioration et la dégradation du service public sur le réseau Nord S.N.C.F. au départ de la gare du Nord, la troisième gare du monde. Considérant le nombre croissant de retards ou de suppressions de trains dans la dernière période : 499 trains sont concernés pour la première quinzaine de février ; considérant l'insécurité croissante pour les employés, les usagers sur certains lignes ; considérant les conséquences d'une politique de transports tournée exclusivement vers l'aménagement prioritaire d'un réseau ferroviaire européen à grande vitesse au détriment du réseau de banlieue (les 6 niveaux de parkings automobiles, 1 300 places, de la gare du Nord sont réalisés pour les usagers du T.G.V.) ; considérant l'insuffisance de la qualité de certains matériaux utilisés ne résistant ni au gel, ni au froid, ni à la neige ; considérant les conséquences sur la vie quotidienne des habitants du Val-d'Oise : inconfort, insécurité dans les trains bondés, retards entraînant des difficultés pour la garde des enfants, les rapports avec les employeurs, allongement du temps de trajets (en 1970, au temps de la vapeur, le trajet Paris-Pontoise était de quarante-trois minutes, maintenant, en moyenne, il dépasse quarante-cinq minutes) la vie des enfants ; considérant l'existence d'une tarification particulièrement injuste et insupportable, la politique tarifaire vise à combler la diminution de ses recettes voyageurs. Elle lui demande quelles mesures envisage le Gouvernement en faveur de l'arrêt des suppressions d'effectifs à la S.N.C.F., l'embauche de nouveaux personnels permettant d'assurer une présence humaine plus nombreuse dans les gares, les trains, les ateliers d'entretien du matériel et des infrastructures. Elle lui demande également quelle action il envisage pour que la S.N.C.F. investisse prioritairement pour des structures ferroviaires nouvelles avec le doublement, voire le triplement, de certaines voies aujourd'hui surchargées, cela en réalisant un certain nombre de voies souterraines, dont une voie double pour le T.G.V. Nord. Elle lui demande enfin l'électrification des lignes Paris-Beauvais, Paris-Laon, l'augmentation de la cadence de certaines dessertes et la réduction des temps de trajets, la rénovation de certaines gares pour un meilleur accueil et une meilleure sécurité, la modernisation, l'augmentation du parc voitures (deux niveaux) afin d'assurer confort, sécurité, exactitude indispensables pour un service public de qualité, ainsi que l'extension de la carte orange et l'harmonisation de la tarification pour l'ensemble de la banlieue Nord.



Réponse du ministère : Plan

publiée dans le JO Sénat du 12/04/1991 - page 455

Le texte de cette réponse n'est pas disponible en format numérique.