Allez au contenu, Allez à la navigation

Lutte contre la délinquance : développement de l'îlotage

9e législature

Question écrite n° 14810 de M. Henri Collette (Pas-de-Calais - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 18/04/1991 - page 794

M. Henri Collette appelle l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur les propositions présentées par son prédécesseur le 16 octobre 1990 : " seize mesures pour lutter contre la petite et la moyenne délinquance ". Il lui demande notamment de lui préciser l'état actuel d'application de la mesure tendant au développement de l'îlotage, selon des modes d'organisation qui permettent d'augmenter la présence en soirée.



Réponse du ministère : Intérieur

publiée dans le JO Sénat du 12/09/1991 - page 1966

Réponse. - Le développement de l'îlotage présenté dans le cadre des seize mesures ministérielles de lutte contre la petite et moyenne délinquance demeure l'une des priorités de la police nationale. A cet égard, un effort particulier est actuellement mené non seulement pour étendre le dispositif existant et améliorer son organisation, mais aussi pour adapter les horaires de travail des îlotiers aux caractéristiques des quartiers où ils exercent. Des instructions dans ce sens ont été adressées par la direction centrale des polices urbaines à l'ensemble des chefs de circonscriptions dans une note du 11 décembre 1990. Pour l'heure, la surveillance des îlots en soirée a été mise en oeuvre dans quatre arrondissements parisiens, dans plusieurs circonscriptions d'Ile-de-France et dans certaines grandes agglomérations. Cette mesure est appelée à être étendue dans les secteurs où la présence des îlotiers en soirée est justifiée par les habitudes de la population et les réalités socio-économiques locales. Par ailleurs, des moyens mobiles supplémentaires seront mis, dès cette année, à la disposition des fonctionnaires pour renforcer l'efficacité des missions d'îlotage.