Allez au contenu, Allez à la navigation

Crédits consacrés à la prévention de l'alcoolisme

9e législature

Question écrite n° 15685 de M. Claude Saunier (Côtes-d'Armor - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 13/06/1991 - page 1211

M. Claude Saunier attire l'attention de M. le ministre des affaires sociales et de l'intégration sur l'inquiétude manifestée par l'Association nationale de prévention de l'alcoolisme suite à la décision de réduire de 5 p. 100 les crédits consacrés à la prévention. Il l'interroge sur le bien-fondé d'un tel choix au regard des difficultés manifestes que rencontrent les centres d'hygiène alimentaire et d'alcoologie qui, faute de moyens, ne peuvent réellement remplir leur véritable mission de service public. Il lui demande si des solutions sont envisagées pour que cette lutte contre l'alcoolisme demeure une des priorités pour 1991.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 22/08/1991 - page 1789

Réponse. - Le ministre délégué à la santé tient à rassurer l'honorable parlementaire en ce qui concerne le financement du dispositif d'accueil et de suivi des maladies alcooliques, constitué par les centres d'hygiène alimentaire et d'alcoologie (C.H.A.A.) et les comités départementaux (C.D.P.A.), en 1991. En effet, malgré la régulation budgétaire de 5 p. 100 intervenue sur le chapitre 47-14 du ministère des affaires sociales et de l'intégration, l'annulation de ces crédits a été sans incidence sur les budgets des structures précitées grâce à un effort de redéploiement interne au chapitre 47-14. Le ministre délégué a ainsi pu accorder à ce dispositif spécialisé le taux d'évolution fixé pour l'ensemble du secteur médico-social, à savoir 2,9 p. 100, permettant ainsi le maintien des moyens et le fonctionnement de ces structures dans des conditions normales comme cela a été fait pour le dispositif de lutte contre la toxicomanie. Il s'efforce, en outre, de faire admettrele principe d'une revalorisation régulière des budgets de ces structures afin de les mettre à l'abri des aléas financiers préjudiciables à leur fonctionnement et à leur stabilité. Enfin, une vaste campagne de prévention sur les risques liés à la consommtion excessive des boissons contenant de l'alcool est actuellement en préparation, son déroulement étant envisagé pour la fin de la présente année.