Allez au contenu, Allez à la navigation

Conditions de travail des directeurs d'écoles privées

9e législature

Question écrite n° 15737 de M. Louis Souvet (Doubs - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 13/06/1991 - page 1219

M. Louis Souvet attire l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'éducation nationale, sur les préoccupations des directeurs d'écoles privées concernant leurs conditions de travail. Les indemnités et décharges dont bénéficient leurs collègues de l'enseignement public sont encore refusées à ces directeurs. Il demande si le Gouvernement compte laisser perdurer longtemps une telle inégalité.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 11/07/1991 - page 1444

Réponse. - Aux termes de la loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959 modifiée, seule la rémunération des maîtres qui assurent un service d'enseignement dans une classe sous contrat est prévue. Ce principe a été réaffirmé par le Conseil d'Etat qui, dans son avis du 23 janvier 1990, a estimé qu'en l'état actuel du droit les avantages financiers et les décharges de service liés à la direction d'une école publique ne pouvaient être étendus aux maîtres contractuels ou agréés qui assurent la direction d'une école privée sous contrat. Ceux-ci ne peuvent bénéficier que d'un assouplissement des conditions d'octroi des contrats ou des agréments ; en application des décrets n° 78-249 et n° 78-250 du 18 mars 1978, ils sont en effet autorisés à accomplir un service d'enseignement inférieur au demi-service normalement exigible tout en conservant, dans tous les cas, la qualité de contractuel ou d'agréé. Toutefois, une étude a été entreprise pour déterminer, compte tenu du cadre législatif existant, dans quelle mesure et selon quelles modalités les fonctions de directeur étaient susceptibles d'être prises en charge.