Allez au contenu, Allez à la navigation

Augmentation du forfait hospitalier

9e législature

Question écrite n° 16894 de Mme Jacqueline Fraysse-Cazalis (Hauts-de-Seine - C)

publiée dans le JO Sénat du 22/08/1991 - page 1735

Mme Jacqueline Fraysse-Cazalis attire l'attention de M. le ministre des affaires sociales et de l'intégration sur les graves conséquences de l'arrêté du 28 juin 1991 qui a augmenté le forfait journalier hospitalier de 51 p. 100 en le fixant à 50 francs. Cette mesure aggravera encore les inégalités d'accès aux soins, car le forfait hospitalier devient une charge à laquelle ne peuvent faire face nombre de malades aux revenus modestes. Cela se vérifie déjà de manière inconstestable dans le cas d'hospitalisation de longue durée. A titre d'exemple, un malade percevant l'allocation aux adultes handicapés, dont le montant est de 3 004,58 francs, diminué de moitié au-delà de soixante jours d'hospitalisation, n'est pas en mesure de s'acquitter du forfait hospitalier qui représente 1 550 francs pour un mois. Elle lui demande de rétablir d'urgence le forfait journalier hospitalier à son montant antérieur et de prendre des dispositions en vue de sa suppression.



Réponse du ministère : Affaires sociales

publiée dans le JO Sénat du 21/11/1991 - page 2579

Réponse. - Les difficultés financières de l'assurance-maladie ont conduit le Gouvernement à accroître la participation des hospitalisés à leur hébergement. Les dispositions législatives en vigueur prévoient toutefois que les bénéficiaires de différentes prestations conservent une somme minimale (12 p. 100 de l'A.A.H. dans le cas de cette prestation), qui permet aux hospitalisés de pourvoir à certaines dépenses et de préparer leur réinsertion. Ainsi, depuis le 1er juillet 1991, un bénéficiaire de l'A.A.H., célibataire et hospitalisé depuis plus de deux mois, reçoit 360 francs par mois, au lieu de 500 francs par mois avant cette date. Par le jeu de cette allocation minimale, une partie seulement (moins d'un tiers) de l'augmentation du forfait journalier est à la charge de ces personnes hospitalisées. Les bénéficiaires de l'A.A.H. hospitalisés depuis plus de deux mois supportent en effet un abattement de 50 p. 100 sur leur allocation (20 p. 100 s'ils sont mariés) ; les caisses d'allocations familiales ont reçu instruction, comme le prévoient les textes, d'augmenter l'allocation au niveau permettant, après paiement du forfait, le respect de l'allocation minimale (en d'autres termes, l'abattement est limité à environ 38 p. 100). Ces bénéficiaires sont ainsi placés dans une situation comparable à celle des autres hospitalisés, bénéficiaires de prestations sociales ou de solidarité : un retraité conserve 10 p. 100 de sa pension, un bénéficiaire du minimum vieillesse 360 francs par mois, un allocataire du R.M.I. 650 francs par mois la première année, et 325 francs la seconde. Par ailleurs, l'action sanitaire et sociale des caisses d'assurance-maladie comporte depuis 1985 une dotation annuelle (12 MF en 1991) pour favoriser, par des aides individuelles au logement ou à la vie courante, la sortie de l'institution et la réinsertion sociale des handicapés. Enfin, pour les personnes les plus démunies, en particulier celles n'ayant d'autres ressources que des prestations de solidarité, l'aide médicale peut prendre en charge le forfait journalier. Les ressources individuelles sont appréciées au cas par cas, dans le cadre des règles fixées par le conseil général ; il n'est pas exercé, pour cette prise en charge, de recours auprès des familles, contrairement aux autres prestations de l'aide médicale.