Allez au contenu, Allez à la navigation

Réalisation de l'autoroute A 89, Clermont-Ferrand-Bordeaux

9e législature

Question écrite n° 18441 de M. Roger Rigaudière (Cantal - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 14/11/1991 - page 2514

M. Roger Rigaudière interroge M. le ministre de l'équipement, du logement, des transports et de l'espace à propos de la réalisation de l'autoroute A 89 Clermont-Ferrand-Bordeaux. Ce projet, qui revêt un intérêt tout particulier pour notre région, semble aujourd'hui quelque peu délaissé. Il lui demande de lui donner des précisions concernant le tracé de cet axe et le calendrier de sa réalisation.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 31/03/1992 - page 800

Réponse. - L'autoroute A 89 Bordeaux-Clermont-Ferrand fait partie de la grande liaison autoroutière transversale Bordeaux-Clermont-Ferrand-Lyon-Genève qui, à terme, contribuera à assurer le désenclavement du Massif central tout en reliant le sud-ouest de la France à la Suisse et à l'Italie. A l'intérieur du fuseau du kilomètre défini par décision ministérielle du 22 novembre 1989 pour la section Périgueux-Clermont-Ferrand et par décision ministérielle du 18 décembre 1990 pour le tronçon Bordeaux-Périgueux, les services techniques de l'équipement poursuivent activement les études d'avant-projet sommaire qui permettront de définir une bande de 300 mètres de large à l'intérieur de laquelle s'inscrira le futur tracé autoroutier. Dans le département du Puy-de-Dôme, la nature particulière du relief et la sensibilité du milieu traversé ont nécessité des études approfondies menées en étroite collaboration avec un comité scientifique pour les problèmes hydrologiques et un collège d'experts en matière d'environnement. La procédure d'instruction de ce dossier difficule a intégré ces contraintes d'études et tout est mis en oeuvre pour mener à bien, dans les meilleurs délais, ce projet essentiel pour l'Auvergne. Dans cette optique, l'objectif recherché pour cette importante liaison, longue de 350 kilomètres environ, est une mise au point des études techniques pour la mi-1992 et un lancement de la procédure d'enquête préalable à la déclaration d'utilité publique pour la fin de cette même année.