Allez au contenu, Allez à la navigation

Renforcement des dessertes aériennes avec les capitales européennes à partir de l'aéroport d'Orly

10e législature

Question écrite n° 04488 de M. Jean-Jacques Robert (Essonne - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 20/01/1994 - page 97

M. Jean-Jacques Robert attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports et du tourisme sur la mission fixée par le Comité interministériel d'aménagement du territoire, réuni à Mende le 12 juillet 1993, à l'Ile-de-France, d'affirmer son rayonnement international. Dans ce cadre, l'aéroport d'Orly, situé en partie dans le département de l'Essonne, se doit de privilégier l'accueil international et les relations aériennes avec l'ensemble des pays du monde. Or, force est de constater que la plate-forme aéroportuaire d'Orly n'offre pas de liaisons avec l'Europe du nord, notamment la Grande-Bretagne, le Bénélux, la Suisse ou les pays d'Europe centrale. L'Allemagne n'est desservie que par six vols hebdomadaires à destination de Frankfort. L'Italie n'est desservie que part un vol par semaine à destination de la Sardaigne. Alors que les entreprises de la région Ile-de-France sont concentrées principalement dans le sud-ouest de Paris, toutes les liaisons aériennes avec Londres sont regroupées sur l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle (environ 80 vols quotidiens). Cela conduit à un déséquilibre flagrant des dessertes aériennes de la région, notamment en défaveur du département de l'Essonne, dont les relations commerciales avec les pays européens s'intensifient pourtant. C'est pourquoi, devant les carences dans la desserte des capitales européennes depuis l'aéroport d'Orly et constatant d'une part l'évolution du trafic aérien et l'augmentation des déplacements professionnels par ce mode de transport, et d'autre part l'impact de la proximité de l'aéroport d'Orly dans la décision d'implantation et le choix de localisation des entreprises, il lui demande si ne pourrait être envisagé le renforcement de l'aéroport d'Orly en tant que " pôle de voyages " pour l'Europe, par l'instauration de liaisons aériennes régulières avec les pays européens desservis jusqu'ici essentiellement, voire exclusivement, par l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, afin que puisse être remédié à une situation dommageable en premier lieu aux entreprises de mon département.



Réponse du ministère : Équipement

publiée dans le JO Sénat du 28/04/1994 - page 1013

Réponse. - Le ministre de l'équipement, des transports et du tourisme est sensible aux préoccupations exprimées par l'honorable parlementaire. Toutefois, l'ouverture de l'aéroport d'Orly à de nouvelles destinations intracommunautaires doit tenir compte des problèmes de congestion et d'environnement de cet aéroport. C'est pourquoi dans un premier temps il a été envisagé d'ouvrir, sous certaines conditions et à titre d'expérience, l'aéroport d'Orly au trafic vers Londres, de façon à améliorer les possibilités de choix des usagers sur une des liaisons les plus denses du monde, et afin de mettre le mode aérien en mesure de répondre au défi lancé par l'ouverture du tunnel sous la Manche. Compte tenu de la pénurie de créneaux horaires sur les aéroports londoniens et en particulier sur l'aéroport d'Heathrow, et des difficultés rencontrées par les compagnies aériennes françaises pour obtenir des créneaux satisfaisants, cette expérience a été reportée, dans l'attente d'une s olution à cette question qui ménage les intérêts du pavillon français.