Allez au contenu, Allez à la navigation

Remise en état du centre Georges-Pompidou

10e législature

Question écrite n° 05198 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 10/03/1994 - page 520

M. Marcel Vidal attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la francophonie sur la nécessité d'entamer des travaux de remise en état technique et esthétique du centre Georges-Pompidou. La décision de fractionner ces remaniements en plusieurs tranches paraît tout à fait judicieuse, notamment en ce qui concerne l'utilisation de la bibliothèque, dont le taux de fréquentation élevé atteste de son caractère essentiel pour un grand nombre d'étudiants et de chercheurs. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui préciser le calendrier retenu pour ces fermetures partielles.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 12/05/1994 - page 1157

Réponse. - l'attention de l'honorable parlementaire est appelée sur le fait que la remise en état technique et esthétique du centre Georges-Pompidou a débuté en 1990 et se poursuit à un rythme soutenu. Le ministre de la culture et de la francophonie a annoncé lors de sa conférence de presse du 6 avril 1994 qu'un complément budgétaire de 160 MF, concernant la période 1995/1996, sera allouée au centre Georges-Pompidou pour achever cette remise en état technique et esthétique. Au-delà de cette réhabilitation, le Premier ministre, soucieux de conforter la primauté de la place du centre Georges-Pompidou dans l'art contemporain, a annoncé lors des cérémonies du XXe anniversaire de la mort de Georges-Pompidou, la volonté du Gouvernement de réaménager le centre Georges-Pompidou afin d'étendre la présentation des collections du Musée national d'art moderne / centre de création industrielle, d'étendre les surfaces d'expositions temporaires, d'aménager la bibliothèque publique d'information, de regrouper l'ensemble des activités de spectacle et de cinéma et de changer l'agencement de l'espace central d'accueil. Un budget de 440 MF a été individualisé sur cette opération. Les travaux de réaménagement intérieur ne commenceront pas avant le 1er semestre de l'année 1997. La durée des travaux esr estimée actuellement à environ vingt-quatre mois ; le phasage fera l'objet de précisions lors des études de programmations qui ne s'achèveront qu'à la mi-95.