Allez au contenu, Allez à la navigation

Commémoration du cinquantenaire des débarquements des 6 juin et 15 août 1944

10e législature

Question écrite n° 05229 de M. Charles Descours (Isère - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 17/03/1994 - page 568

M. Charles Descours attire l'attention de M. le ministre des anciens combattants et victimes de guerre sur la commémoration du cinquantenaire des débarquements des Alliés et des troupes françaises en Normandie et en Provence. Si l'annonce de la commémoration concerne bien les deux débarquements dans les textes et communiqués officiels, il n'en est pas de même en ce qui concerne la diffusion de l'information. On sait ainsi que la commémoration du débarquement en Normandie revêtira une exceptionnelle solennité, en présence des plus hautes autorités de l'Etat et des représentants des Alliés. Il ne serait pas pour autant convenable que cette manifestation occulte le souvenir du débarquement en Provence des troupes alliées, en majorité françaises, aidées par les valeureux Résistants qui ont largement facilité leur progression en territoire occupé. Ce débarquement consacra en effet la renaissance de l'honneur de l'armée française qui, partie d'Afrique du Nord, avait déjà brillamment combattu en Corse puis en Italie contre la résistance acharnée des troupes allemandes, et au prix de très lourdes pertes. Au cours de la discussion du budget des anciens combattants au Sénat, le ministre a envisagé la participation des élèves de certaines classes à un concours national concernant le seul débarquement de Normandie, les lauréats étant conviés à assister aux cérémonies commémoratives, avec la possibilité de recueillir les témoignages des vétérans présents. Il serait particulièrement équitable et instructif pour les jeunes générations que cette très louable initiative soit étendue au débarquement de Provence, dont la commémoration représenterait pour ceux qui l'ont vécu la reconnaissance du pays envers l'armée d'Afrique. Le ministre des anciens combattants et victimes de guerre, organisateur de toutes les manifestations, peut-il donner aux anciens combattants de l'armée d'Afrique l'assurance que la commémoration du débarquement de Provence revêtira la même solennité que celle du 6 juin 1994, avec surtout la participation des plus hautes autorités de l'Etat et des représentants des Alliés ?



Réponse du ministère : Anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 14/04/1994 - page 874

Réponse. - Le cinquantième anniversaire du débarquement de Provence sera célébré cette année avec beaucoup de faste, les commémorations prévues dans le Var et les Bouches-du-Rhône permettront en effet de rendre, avec éclat, à l'armée et aux soldats d'Afrique l'hommage qu'ils méritent. Une journée commémorative française sera organisée le 17 mai 1994, dans le cadre d'une semaine internationale avec la participation de nombreux anciens combattants du coprs expéditionnaires français en Italie avec inauguration du cimetière de Venafro où ont été regroupés les corps des soldats français tombés au champ d'honneur pendant la campagne. Par ailleurs, une cérémonie aura lieu le 9 mai au pont du Garigliano à Paris. Après cet hommage aux anciens du corps expéditionnaire français en Italie, commandé par le général Juin, lui même originaire d'Algérie, le souvenir du débarquement en Provence de la première armée française du général de Lattre de Tassigny, sera rappelé les 14 et 15 août. Le 14 août, une grande revue navale aura lieu de Villefranche à Toulon avec la participation des flottes alliées. Le 15, jour anniversaire, sont prévues deux grandes cérémonies militaires en présence des plus hautes autorités américaines et françaises. La première se déroulera au Dramon, près de Saint-Raphaël où ont débarqué les Américains. Les personnalités se rendront ensuite à Cavalaire où les troupes françaises avaient repris pied sur le sol national. Le 28 août sera commémorée la libération de Toulon, le1er septembre aura lieu un hommage aux troupes coloniales à Fréjus et le 11 septembre se déroulera à Marseille une grande cérémonie à la gloire précisément de l'armée et des soldats d'Afrique. Il apparaît donc que l es soldats de cette armée composée de Français d'origine européenne et d'Africains, fraternellement unis n'ont pas été oubliés. Cela est bien légitime, dès lors en effet qu'il s'agit de rappeler le rôle prépondérant joué par ces troupes dans la libération de la patrie.