Allez au contenu, Allez à la navigation

Préparation de la campagne " feux de forêts 1994 "

10e législature

Question écrite n° 05408 de M. Raymond Courrière (Aude - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 24/03/1994 - page 636

M. Raymond Courrière appelle l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, sur la préparation de la campagne " feux de forêts 1994 " et les propositions qui lui sont soumises concernant le département de l'Aude. En effet, il vient d'apprendre la création d'un pélicandrome à Béziers et la suppression d'une section militaire intégrée qui était affectée initialement dans l'Aude. Cela s'ajoute à la suppression des hélicoptères bombardiers d'eau. Si ce dispositif était mis en place tel qu'il figure sur le relevé des orientations arrêtées lors de la phase de réflexion du groupe de travail mis en place le 15 octobre 1993, cela signifierait que le dispositif qui existait précédemment a été nettement allégé et, de ce fait, pénaliserait énormément le département de l'Aude, ses sapeurs-pompiers et nuirait considérablement aux intérêts des Audois. En conséquence, il lui demande de bien vouloir réexaminer ces propositions et maintenir leur dispositif existant l'année précédente, qui a donné d'excellents résultats.



Réponse du ministère : Intérieur

publiée dans le JO Sénat du 11/08/1994 - page 2009

Réponse. - Chaque année, au début de l'été, le ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire met en place, au titre de la solidarité nationale, d'importants moyens de renforts terrestres et aériens, adaptés à la situation de risques que connaissent traditionnellement les départements méditerranéens. Ces moyens qui complètent ceux des collectivités locales sont ainsi prépositionnés dans les secteurs les plus vulnérables aux feux de forêts, pour participer aux mesures de surveillance du terrain et d'attaque rapide des feux naissants. L'efficacité du dispositif de lutte est en effet en grande partie liée à la précocité de la détection des éclosions d'incendie et de la rapidité d'engagement des moyens d'intervention sur les sinistres, d'où l'importance de la mobilisation préventive des moyens. S'agissant plus particulièrement des hélicoptères bombardiers d'eau, un accord est intervenu, il y a un an, entre l'entente interdépartementale en vue de la protection de la forêt contre l'incendie, qui avait accepté le principe de leur location, et l'Etat, qui prenait pour sa part à sa charge les produits retardants pour les avions bombardiers d'eau. L'Etat consacre en 1994 339 MF pour la lutte contre les incendies de forêts, ce qui constitue presque le double des crédits accordés en 1991, et 15 p. 100 de plus qu'en 1993. En ce qui concerne le département de l'Aude, le ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire prépositionnera, en 1994, le même dispositif opérationnel mis en oeuvre l'année précédente, à savoir : 1 section de l'UIISC no 1 et 1 section militaire intégrée qui pourront être associées au cadrillage préventif du terrain mis en oeuvre par les moyens locaux et actionnés directement par le préfet qui devra en informer le centre régional de coordination de la sécurité civile (CIRCOSC) de Valabre ; 1 détachement d'avions bombardiers d'eau (Tracker) au départ de l'aérodrome de Carcassonne qui assurera des m issions de guet armé aérien en période de risque. La décision de créer un pélicandrome à Béziers n'est pas encore arrêtée. Quoi qu'il en soit, la constitution de cette nouvelle base temporaire ne remettrait pas en cause le pélicandrome implanté à Carcassonne, mais permettrait de renforcer la couverture aérienne de la zone sud contre les risques d'incendies.