Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet d'un émetteur à Djibouti

10e législature

Question écrite n° 06134 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 05/05/1994 - page 1044

M. Emmanuel Hamel signale à l'attention de M. le ministre de la communication le rappel par le journal Le Monde " du 30 avril 1994, page VII, sous le titre : " Ondes francophones ", que " les émissions en ondes courtes de la radio mondiale francophone sont mal captées dans l'océan Indien, faute d'un émetteur prévu à Djibouti, mais toujours en suspens ". Il lui demande quant cet émetteur sera installé à Djibouti, le service de la francophonie devant se concrétiser par cette installation vraiment nécessaire.



Réponse du ministère : Communication

publiée dans le JO Sénat du 30/06/1994 - page 1613

Réponse. - Conscients de la nécessité pour RFI de disposer le plus rapidement possible des moyens techniques lui assurant de bonnes conditions de réception, les ministères des affaires étrangères et de la communication ont diligenté, à la fin de l'année 1993, une mission d'audit confiée à l'inspection générale des finances et à l'inspection générale des affaires étrangères et chargée d'évaluer les différents projets d'investissement en ondes courtes. La mission a mis en évidence la nécessité d'opérer des choix tant en ce qui concerne les zones couvertes que les moyens de diffusion, notamment à Madagascar et dans la zone avoisinante de l'océan Indien. Sur la base des conclusions de l'audit, le Conseil de l'audiovisuel extérieur de la France a estimé que le recours à la location d'heures-fréquence constituait une alternative satisfaisante à la construction d'un émetteur à Djibouti et décidé que RFI verrait son budget abondé pour 1995 et les années suivantes des financements nécessaires afin, par ce moyen, d'améliorer sensiblement les conditions de réception et d'accroître ses zones de diffusion. De plus, la société disposera des moyens nécessaires pour développer d'autres vecteurs de diffusion, notamment la FM, par exemple. RFI est déjà présente en FM à Tananarive, ville la plus favorable, selon le Haut Conseil à la francophonie, pour atteindre la majorité des francophones présents dans cette zone du monde.