Allez au contenu, Allez à la navigation

Effectif de l'Institut national des appellations d'origine (INAO)

10e législature

Question écrite n° 07684 de M. Raymond Bouvier (Haute-Savoie - UC)

publiée dans le JO Sénat du 01/09/1994 - page 2110

M. Raymond Bouvier attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur les difficultés rencontrées par le personnel de l'Institut national des appellations d'origine (INAO), dans l'accomplissement de leurs missions. Les besoins en personnels supplémentaires semblent clairement identifiés. Il lui demande si un nombre suffisant de postes va être créé afin que l'établissement remplisse pleinement sa mission.



Réponse du ministère : Agriculture

publiée dans le JO Sénat du 15/12/1994 - page 2955

Réponse. - La loi no 90-558 du 2 juillet 1990 a étendu les compétences de l'INAO (Institut national des appellations d'origine) à l'ensemble des appellations d'origine contrôlées des produits agroalimentaires. Afin de faire face à ces nouvelles missions, la subvention du ministère de l'agriculture et de la pêche a été portée à 6,54 MF en 1994, contre 32,6 MF en 1990. Dans le même temps, les effectifs de l'INAO sont passés de 128 à 181 agents. De plus, l'institut a bénéficié de l'exemption de la procédure du gel des postes au titre des années 1993 et 1994. Toutefois, comme le souligne l'honorable parlementaire, il apparaît que l'effortt de l'Etat reste en deçà des demandes formulées par l'INAO et par les professionnels des secteurs concernés. Par ailleurs, dans le cadre de la mise en oeuvre du règlement du Conseil no 2081-92 du 14 juillet 1992 relatif aux appellations d'origine protégées (AOP) et aux indications géographiques protégées (IGP), la loi du 4 janvier 1994 relative à la reconnaissance de qualité des produits agricoles et alimentaires et des décrets d'application confient à l'INAO de nouvelles responsabilités, notamment en matière de protection des IGP. Il est donc nécessaire d'examiner aujourd'hui si l'ensemble des moyens dont dispose l'institut est en adéquation avec les missions qui lui sont confiées. Le ministre de l'agriculture et de la pêche, conjointement avec le ministre des finances, a demandé que l'inspection générale de l'agriculture et l'inspection générale des finances procèdent à cet examen. Le ministre de l'agriculture et de la pêche entend ainsi pouvoir disposer des éléments nécessaires à toute décision relative au fonctionnement de l'INAO.