Allez au contenu, Allez à la navigation

Condamnation d'une journaliste au Nigeria

10e législature

Question écrite n° 17919 de M. Jean-Luc Mélenchon (Essonne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 03/10/1996 - page 2526

M. Jean-Luc Mélenchon attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la condamnation arbitraire dont a été victime, au Nigeria, la journaliste Chris Anyanwu. Celle-ci, rédacteur en chef du journal Sunday Magazine, a été condamnée à quinze ans d'emprisonnement pour avoir révélé les noms des auteurs d'un coup d'Etat qui ont été secrètement emprisonnés. Or, les organisations de défense des droits de l'homme insistent fréquemment sur le caractère inhumain des prisons nigérianes. Aussi aimerait-il connaître les informations dont le ministre pourrait éventuellement disposer concernant ses conditions d'emprisonnement. D'autre part, il lui demande d'intervenir rapidement pour obtenir la libération sans condition de la journaliste Chris Anyanwu.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 24/10/1996 - page 2772

Réponse. - Le ministre des affaires étrangères connaît bien la situation de Mme Chris Anyanwu. Directrice de l'hebdomadaire Sunday Magazine, elle a été arrêtée le 31 mai 1995 et condamnée à quinze ans de prison pour avoir publié dans son journal un article donnant la liste des personnes arrêtées pour la prétendue tentative de coup d'Etat de mars 1995. L'association Reporters sans frontières lui a décerné son prix pour 1995. Un représentant du ministère des affaires étrangères était présent à la cérémonie organisée à Paris pour une remise symbolique de ce prix. En outre, notre ambassade au Nigeria a appelé l'attention des autorités du Nigeria sur les préoccupations particulières que suscite en France le sort de Mme Anyanwu. D'une façon générale, la France n'a cessé depuis plusieurs années de demander la libération des prisonniers politiques nigérians. Elle s'est employée à ce que l'Assemblée générale des Nations unies et la commission des droits de l'homme de cette organisation adoptent des résolutions qui se prononcent dans le même sens. Elle continuera sans relâche, à titre national et dans le cadre de l'Union européenne, à intervenir en faveur de la libération de tous les prisonniers politiques nigérians.