Allez au contenu, Allez à la navigation

Formation à la création d'entreprise et création d'un club franco-britannique

11e législature

Question écrite n° 22248 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 27/01/2000 - page 264

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à l'industrie sur l'information parue à la page 14 du numéro 53 (décembre-janvier 2000) d'Industries revue de son secrétariat d'Etat, selon laquelle un " club franco-britannique des formations supérieures à l'entrepreneuriat a été lancé le 16 novembre (1999)... ". Il lui demande quel a été depuis trois mois le premier bilan des actions menées par ce club franco-britannique afin de rapprocher les deux pays dans le domaine de la formation à la création d'entreprise.



Réponse du ministère : Industrie

publiée dans le JO Sénat du 16/03/2000 - page 977

Réponse. - Le projet de la création du club franco-britannique des formations supérieures à l'entrepreneuriat s'inscrit dans le cadre de la réflexion commune engagée par le gouvernement français et le gouvernement britannique sur la compétitivité des PME, la création d'entreprise et l'innovation. A ce titre, il est apparu comme prioritaire d'encourager et de développer les initiatives existantes en matière de formation à l'entrepreneuriat. Ainsi, un groupe de travail animé par le secrétariat d'Etat à l'industrie et le Department of Trade and Industry (DTI) a-t-il réuni des établissements d'enseignement supérieur des deux pays, au cours de l'année 1999, afin d'examiner ensemble les axes d'une coopération franco-britannique renforcée dans le domaine de l'entrepreneuriat. Un club réunissant une soixantaine d'établissements d'enseignement supérieur des deux pays a donc été lancé le 16 novembre dernier en présence de M. Christian Pierret, secrétaire d'Etat à l'industrie, et de Mme Helen Liddell, ministre de l'énergie et de la compétitivité en Europe. A l'occasion de cette manifestation, des rendez-vous ont été organisés entre établissements dans la perspective de créer de nouveaux partenariats dans les domaines tels que l'échange d'étudiants ou de professeurs, la mise en uvre de programmes de recherche ou de formations communs, voire la participation à des programmes communs d'incubation et d'accompagnement. Au-delà des rendez-vous individuels pris par chaque établissement, dans le prolongement de cette journée, des actions collectives sont en cours d'élaboration. Ainsi, un site Internet dédié au club a été créé, grâce au concours de l'université de Durham. Une base de données interactives recensant les formations existantes est en cours de constitution. Par ailleurs, au sein du club, un groupe de travail a été plus particulièrement chargé de développer les relations des établissements avec les entreprises, à travers des actions concrètes mobilisant les étudiants de chaque pays. Ainsi, il est envisagé d'organiser au cours de l'année 2000 des missions en entreprise réalisées par des équipes franco-britanniques. Un premier bilan sur ces actions, qui sont actuellement en phase de démarrage, sera dressé au terme de la première année, à la fin de 2000.