Allez au contenu, Allez à la navigation

Remise en cause de certaines spécialités du DUT

11e législature

Question écrite n° 22492 de M. Louis Souvet (Doubs - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 10/02/2000 - page 479

M. Louis Souvet attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie sur les propos de Mme Demichel tenus lors d'une réunion, le 2 décembre 1999 avec le bureau de l'Union nationale des présidents d'institut universitaire de technologie et plus particulièrement concernant la nécessité de remettre en cause certaines spécialités du diplôme universitaire de technologie comme par exemple " Carrières juridiques ". Il demande quelles sont les raisons présidant à cette remise en cause.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 08/02/2001 - page 503

Réponse. - Les instituts universitaires de technologie, éléments essentiels du système de l'enseignement supérieur, dispensent des formations technologiques courtes donnant aux étudiants la possibilité de s'intégrer dans la vie professionnelle au bout de deux années d'études. Une enquête récente du CEREQ sur l'enseignement professionnel court post-baccalauréat a fait apparaître que, si la majorité des diplômés des DUT industriels accède encore à ce niveau d'emploi, il n'en est pas de même à l'issue des formations tertiaires où des problèmes de déqualification sont perceptibles. Il est primordial de permettre aux étudiants de s'insérer dans le monde professionnel, en s'assurant que les emplois de catégories intermédiaires existent réellement en nombre suffisant, et de vérifier que ces formations répondent aux attentes des professionnels. Compte tenu des évolutions du marché de l'emploi, et pour garantir la qualité des formations dispensées en IUT, il est donc nécessaire de s'interroger régulièrement sur les débouchés offerts à l'issue de ces deux années d'étude.