Allez au contenu, Allez à la navigation

Délivrance de la pilule du lendemain dans les établissements scolaires

11e législature

Question écrite n° 22529 de M. Jean Boyer (Isère - RI)

publiée dans le JO Sénat du 10/02/2000 - page 490

M. Jean Boyer attire l'attention de Mme le ministre délégué chargé de l'enseignement scolaire sur la récente décision d'autoriser la délivrance de la pilule du lendemain dans les établissements scolaires. Les parents d'élèves de l'enseignement public et privé ont dénoncé le manque de concertation préalable à l'adoption de cette mesure. Ils ont fait part de leur vive inquiétude à l'égard de cette décision qui tend à banaliser " un acte qui pourtant engage la personne au plus profond d'elle-même " et qui " se contente de traiter les conséquences d'une difficulté en oubliant les causes. En croyant aider des adolescentes en détresse, on peut renforcer un déséquilibre psychologique et affectif déjà latent dans un environnement en mal de repères ". Il l'interroge sur les raisons pour lesquelles les syndicats de parents d'élèves n'ont pas été parties prenantes à la réflexion qu'elle a menée sur ce thème et à la décision prise. Il lui demande quelle réponse elle entend donner à ces parents d'élèves inquiets des conséquences de la mise en place de la distribution gratuite dans les établissements scolaires de la pilule du lendemain.



Réponse du ministère : Enseignement scolaire

publiée dans le JO Sénat du 02/03/2000 - page 780

Réponse. - Le ministère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie a mis en place un protocole national sur l'organisation des soins et des urgences dans les écoles et les établissements publics locaux d'enseignement (EPLE) qui a été publié le 6 janvier 2000. Ce protocole national à destination des infirmières et des médecins de l'éducation nationale définit la liste des médicaments d'usage courant ou d'urgence pouvant être détenus dans les infirmeries scolaires ainsi que les procédures d'intervention à mettre en uvre dans les situations médicales d'urgence. Un dispositif spécial, concernant la prévention des grossesses précoces non désirées, doit permettre à l'infirmière ou au médecin, dans les cas d'extrême urgence et de détresse caractérisée, de délivrer la contraception d'urgence, à savoir le Norlévo, qui est un médicament en vente libre en raison de son absence de toxicité et de contre-indications. Il convient toutefois de préciser que cette mise en place d'une éventuelle contraception d'urgence ne peut s'effectuer qu'après un entretien approfondi avec l'élève concernée, et selon des modalités rigoureuses suivant que l'adolescente est mineure ou majeure. Quand une adolescente est mineure, l'infirmière " recherche les modalités les plus appropriées en fonction de l'âge et de la personnalité de l'élève pour entrer en contact avec l'un de ses parents aux fins d'informer celui-ci des différentes possibilités de contraception d'urgence, de lui indiquer les structures existantes pour se procurer de tels médicaments (pharmacie, médecin, centre de planification familiale), et de l'aider ainsi à trouver la solution adéquate ". Si l'élève " refuse catégoriquement que la famille soit associée à sa démarche, l'infirmière prend rendez-vous en urgence auprès du centre de planification et, si besoin est, l'accompagne dans ce centre ". Ce n'est que si l'une des structures précitées n'est pas immédiatement accessible et s'il existe une situation de détresse particulière, que " l'infirmière pourra, à titre exceptionnel et dans le cas où le rapport sexuel remonte à moins de 72 heures, délivrer le Norlévo à l'élève concernée, aux fins de permettre d'éviter par la contraception d'urgence une grossesse non désirée à un âge précoce ". Quand une adolescente est majeure, " l'infirmière adresse l'élève au centre de planification familiale ou aux urgences hospitalières et lui propose d'entrer en contact avec sa famille ". Si ces structures sont inaccessibles, il sera indiqué à la jeune fille la possibilité de se procurer le Norlévo en pharmacie. A titre exceptionnel et si le rapport sexuel remonte à moins de 72 heures, l'infirmière pourra délivrer le Norlévo à l'élève majeure. Dans tous les cas de figure, il doit être précisé aux élèves que la contraception d'urgence ne peut remplacer la contraception habituelle. Par ailleurs, à chaque acte de délivrance de ce médicament, l'infirmière doit en faire un compte rendu écrit, daté et signé sur le cahier de l'infirmière, que l'adolescente soit mineure ou majeure. Elle doit aussi assurer un rôle de médiation entre l'adolescente et la famille. Il lui appartient notamment : de s'assurer de l'accompagnement psychologique de l'élève et de veiller à la mise en uvre d'un suivi médical par un centre de planification familiale ou un médecin traitant ou un médecin spécialiste ; de s'assurer de l'efficacité de la contraception d'urgence en conseillant notamment un test de grossesse lorsqu'un retard de règles est constaté ; de prévenir les maladies sexuellement transmissibles et le sida ; de mettre en place, le cas échéant, une contraception relais. Enfin, il convient de rappeler que le Gouvernement a décidé de lancer, le 11 janvier 2000, une nouvelle campagne nationale d'information sur la contraception, ayant pour but de réaffirmer que la contraception est un droit fondamental, en associant celle-ci à des valeurs de choix de vie, de responsabilité et d'épanouissement personnel. Cette campagne informative et éducative s'adresse au grand public, avec des déclinaisons particulières pour les jeunes. Elle a pour principal objectif de présenter l'ensemble des moyens de contraception disponibles pour que chacun puisse disposer d'une contraception adaptée à ses choix à chaque période de sa vie et vise à favoriser l'accès à l'information par une meilleure connaissance des structures locales existantes (centres de planification, établissements d'information, associations spécialisées...) afin notamment de remédier à la méconnaissance de ces structures par les jeunes. Elle rappelle avec force la nécessité d'utiliser le préservatif pour prévenir la transmission du VIH. Le ministère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, partenaire de cette action, diffusera pour ce qui le concerne auprès des collèges, des lycées et des universités, le guide poche de la contraception, qui est un des supports d'information retenus dans le cadre de cette campagne.