Allez au contenu, Allez à la navigation

Insécurité à Douala (Cameroun)

11e législature

Question écrite n° 22543 de Mme Monique Cerisier-ben Guiga (Français établis hors de France - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 10/02/2000 - page 467

Mme Monique Cerisier-ben Guiga appelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la très grave insécurité qui règne actuellement à Douala (Cameroun). Depuis novembre, en effet, les agressions armées se succèdent : braquages de commerçants pour saisir la caisse, fusillade avenue de Gaulle lors d'un transfert de fonds, enlèvement d'un enfant de l'école primaire française Dominique-Savio avec demande de rançon. Ces diverses agressions ont déjà conduit à la mort de plusieurs personnes, parmi lesquelles un Français tué d'une balle dans la tête dans son magasin. Ce dernier assassinat et tout ce qui a précédé a provoqué l'émotion de la communauté française qui se sent particulièrement en danger. Elle lui demande quelles démarches diplomatiques la France compte effectuer pour obtenir que la police de Douala montre toute la diligence souhaitable à la protection de nos compatriotes et à la recherche des assassins.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 06/04/2000 - page 1235

Réponse. - Suite à l'assassinat de M. Nourry, le 27 janvier dernier, les autorités consulaires françaises à Douala ainsi que notre ambassade à Yaoundé ont immédiatement réagi. Le Consul général de France à Douala est intervenu dès le 28 janvier auprès des autorités camerounaises locales pour leur faire part de la préoccupation de la communauté française quant au climat d'insécurité. Notre ambassade a, de son côté, effectué plusieurs démarches (28 et 29 janvier, 7 et 10 février) qui ont toutes visé à obtenir des autorités camerounaises des décisions rapides et claires pour favoriser le retour à la sécurité. Les autorités camerounaises ont également réagi avec promptitude à l'assassinat de notre compatriote (déplacements de trois ministres à Douala, rencontre avec la communauté française présidée par le gouverneur de la province du littoral) et se sont déclarées désireuses de mettre fin à cette détérioration des conditions de sécurité. Le Gouvernement a créé le 20 février un commandement opérationnel dans la province du littoral, chargé d'accentuer la lutte contre la criminalité. De nouveaux responsables ont été nommés à la tête de certains services de la police. Le gouvernement français reste pleinement mobilisé dans cette affaire. Les Français peuvent trouver des informations concernant les conditions générales de sécurité au Cameroun sur notre site internet " Conseils aux voyageurs " à l'adresse suivante : www.france.diplomatie.gouv.fr/voyageurs./.