Allez au contenu, Allez à la navigation

Promotion du tourisme estival de montagne

11e législature

Question écrite n° 22906 de M. René Trégouët (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 17/02/2000 - page 582

M. René Trégouët attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat au tourisme sur la situation du tourisme estival de montagne. En effet, si le tourisme de montagne en général profite de la reprise de la croissance, ce n'est pas forcément le cas du tourisme estival qui en profite beaucoup moins que le tourisme hivernal. Or, l'équilibre économique des stations et villages de montagne nécessite de voir se développer l'activité estivale. Pour remédier au déséquilibre constaté entre les deux périodes mentionnées, il semblerait judicieux qu'une campagne télévisée de promotion rassemblant l'ensemble des acteurs concernés à tous les niveaux puisse recevoir le soutien du Gouvernement. Il lui demande en conséquence l'opinion quelle a de cette éventualité et, si elle devait recevoir son assentiment, de quelle manière elle pourrait envisager d'y participer.



Réponse du ministère : Tourisme

publiée dans le JO Sénat du 27/07/2000 - page 2676

Réponse. - Le secrétariat d'Etat au tourisme et ses différents organismes contribuent fortement à la popularisation de la montagne française. Cette contribution n'a cessé de croître depuis 3 ans. C'est ainsi que, non compris les efforts de valorisation réalisés par Maison de la France sur les marchés étrangers, le soutien aux diverses opérations de communication s'est élevé à 710 000 francs en 1997, 1 622 000 francs en 1998 et 2 545 000 francs en 1999. C'est dans ce cadre qu'il faut évaluer les subventions des professionnels associés de la montagne : 500 000 francs en 1997, 300 000 francs en 1998 et 400 000 francs en 1999. Le secrétariat d'Etat au tourisme n'a pas vocation à soutenir financièrement le fonctionnement de programmes de promotion qui ont trouvé depuis plusieurs années leur maturité, d'autant que les crédits dont il dispose pour ces actions sont limités. Cepedant, puisqu'il s'agit de la première campagne de promotion pour la montagne en été, il est apparu nécessaire de contribuer, exceptionnellement, à son succès. C'est pourquoi, sans préjuger du parenariat que le secrétariat d'Etat au tourisme consacrera aux autres actions en faveur de la montagne, il a été décidé d'octroyer une subvention de 400 000 francs aux professionnels de la montagne pour 2000. Ces sommes auront contribué à la promotion de la moyenne montagne, conformément à la mission que le Premier ministre a confiée à la secrétaire d'Etat au tourisme lors du Conseil national de la montagne.