Allez au contenu, Allez à la navigation

Amélioration de l'utilisation du crédit à la consommation renouvelable

11e législature

Question écrite n° 23056 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 24/02/2000 - page 654

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat aux petites et moyennes entreprises, au commerce et à l'artisanat sur le dossier de l'Union fédérale des consommateurs (UFC) - Que choisir sur les dérives des crédits à la consommation dans lequel cette association considère que " le consommateur devrait chaque année renouveler sa volonté expresse de continuer son contrat de crédit renouvelable. " Il aimerait connaître ses observations à l'égard de cette recommandation, savoir si le Gouvernement la soutient, entend la retenir et en assurer la mise en oeuvre.



Réponse du ministère : Petites et moyennes entreprises

publiée dans le JO Sénat du 25/05/2000 - page 1882

Réponse. - Le Gouvernement est particulièrement attentif à la protection du consommateur en matière de crédit. Il s'attache à garantir le respect des textes applicables et à assurer l'adaptation de ceux-ci aux évolutions constatées dans le secteur. Par ailleurs, il veille à prévenir les cas de surendettement causés par une accumulation des crédits. Dans cet esprit, le Conseil national de la consommation (CNC) a reçu mandat d'étudier les conditions d'amélioration des règles relatives à la publicité des crédits et au fonctionnement des comptes permanents. Le groupe de travail se réunit régulièrement depuis septembre 1999. Les travaux entrepris visent à rechercher un consensus pour trouver des solutions équilibrées permettant de renforcer la protection des consommateurs tout en prenant en compte les particularismes de la profession. Les propositions formulées par les associations de consommateurs sont examinées dans le cadre des travaux de ce groupe. A ce stade, l'UFC - Que Choisir, régulièrement invitée à ces travaux, n'a pas participé à la concertation engagée. Le Gouvernement se prononcera au vu de l'avis résultant de la plus large concertation, qui sera rendu par le CNC dans le courant du second semestre 2000.