Allez au contenu, Allez à la navigation

Investissements par les multinationales pharmaceutiques dans la recherche et le développement de médicaments contre les maladies oubliées

11e législature

Question écrite n° 23128 de M. Jean-Luc Mélenchon (Essonne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 02/03/2000 - page 746

M. Jean-Luc Mélenchon attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat à la santé et à l'action sociale sur la campagne de sensibilisation menée par une organisation non gouvernementale de médecins (ONG). Cette association montre comment la logique de profit et de rentabilité qui guide les laboratoires pharmaceutiques les conduit à négliger des problèmes de santé vitaux pour l'humanité. Ainsi, sur plus de 1 200 nouveaux médicaments commercialisés entre 1975 et 1997, 11 seulement visaient le traitement d'une maladie tropicale. Des pathologies comme le paludisme ou la tuberculose sont laissées de côté car ces maladies concernant des populations non solvables ne constituent pas un marché rentable. A l'occasion du sommet de Davos de janvier 2000, le président du conseil international de médecins sans-frontières (MSF) a lancé cet appel : " Les multinationales pharmaceutiques ont échoué à trouver de nouveaux traitements pour les maladies infectieuses. C'est donc aux gouvernements d'intervenir. (...) Les gouvernements doivent imposer des règles. Ils peuvent, par exemple, exiger que les firmes pharmaceutiques réinvestissent un pourcentage de leurs revenus dans la recherche et le développement de médicaments contre les maladies oubliées les plus graves soit directement, soit à travers des programmes de recherche et développement publics ou privés. " Il souhaiterait connaître sa position sur cette question et les mesures envisagées pour garantir l'existence pour répondre le cas échéant à l'interpellation qui lui est faite par cette ONG.



La question a été retirée pour cause de fin de mandat.