Allez au contenu, Allez à la navigation

Sécurité des cyclistes

11e législature

Question écrite n° 23366 de M. Jacques Baudot (Meurthe-et-Moselle - UC)

publiée dans le JO Sénat du 09/03/2000 - page 843

M. Jacques Baudot attire l'attention de Mme le ministre de la jeunesse et des sports sur les leçons à tirer du récent drame de Vauvert dans le Gard où un groupe de cyclotouristes a été fauché par un chauffard, entraînant la mort de quatre personnes. Ce tragique accident a fortement bouleversé tous les passionnés de " la petite reine ", renforçant ainsi leurs angoisses lorsqu'ils empruntent le réseau routier pour s'adonner à leur sport préféré. Au-delà d'un nouvel appel à la responsabilité individuelle des automobilistes impliquant le respect des limitations de vitesse et surtout des autres usagers de la route, il semble opportun de réfléchir à une réglementation assurant la sécurité des cyclistes. Ainsi, à partir d'un nombre déterminé de participants (15 ou 20), il pourrait être envisagé que le groupe de cyclotouristes soit précédé et suivi par des véhicules munis de dispositifs de signalisation (comme un gyrophare). Il lui demande donc qu'elle lui fasse connaître ses intentions et les mesures qu'elle compte prendre pour apaiser les craintes nées de cet accident.



Réponse du ministère : Jeunesse

publiée dans le JO Sénat du 13/07/2000 - page 2519

Réponse. - La coexistence sur les routes des véhicules à moteur et des cyclistes est en elle-même une source de danger et préoccupe les pouvoirs publics comme les fédérations sportives concernées. Il faut rendre les routes plus sûres et, dans ce but, éduquer sans relâche les usagers de la route pour qu'ils prennent pleinement conscience des risques qu'ils encourent et font encourir en ne respectant pas le code de la route. Il ne paraît pas, en revanche, réaliste aujourd'hui d'exiger que tout groupe de 15 ou 20 cyclistes soit signalé à l'avant et à l'arrière du groupe par des véhicules munis de gyrophares. De telles obligations seraient sans doute contournées, car trop lourdes à respecter dans bien des cas. Les exigences de ce dispositif pourraient en outre favoriser la constitution de pelotons plus importants au détriment de la sécurité. Elles n'apporteraient pas non plus toute la protection escomptée contre les conduites en état d'ébriété ou en excès de vitesse. De nombreuses actions de sensibilisation et de formation ont été engagées par les fédérations sportives avec le concours de l'Etat pour que les clubs organisent la sécurité effective des pratiquants. Elles doivent être poursuivies. Parallèlement, le développement des pistes cyclables, l'aménagement de circuits protégés ou signalés aux automobilistes par une signalétique appropriée contribueront aussi à améliorer la sécurité.