Allez au contenu, Allez à la navigation

Sites mégalithiques de Carnac : création d'une maison des légendes

11e législature

Question écrite n° 23623 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 16/03/2000 - page 915

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la culture et de la communication sur l'information parue à la page 4 du numéro 42 (3 février 1999) de la lettre d'information de son ministère selon laquelle un rapport de M. Jean-Pierre Mohen sur les sites mégalithiques de Carnac propose la création d'une maison des légendes " pour replacer dans un contexte les mégalithes, objet de mythes, de contes et de chants ". Il la remercie de bien vouloir lui indiquer si une telle maison a été créée, dans l'affirmative quel a été le coût de cette construction, quelle a été la participation financière de l'Etat à cette oeuvre culturelle.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 25/05/2000 - page 1856

Réponse. - Parmi les propositions figurant dans le rapport que M. Mohen a remis au ministère de la culture et de la communication, la création d'une " maison des légendes " est apparue comme hautement symbolique. Il s'agit en effet de reconnaître toute la valeur et l'intérêt des croyances et interprétations populaires de ce monument singulier, qui doivent aujourd'hui être considérées comme formant partie intégrante de sa substance culturelle. Plutôt que de créer un espace spécifique dédié aux mythes et légendes, cet aspect de la présentation des alignements sera, en accord avec M. Mohen, inséré dans le futur " centre d'interprétation " des alignements. En montrant la lente progression de la connaissance depuis les premières croyances populaires (saint Cornély transformant les 3 000 légionnaires qui le poursuivirent jusqu'à la mer en une " armée des pierres " jusqu'aux découvertes récentes de l'archéologie, en passant par les hypothèses druidiques et sacrificielles, seront reconnus le statut culturel et la fonction explicative des légendes. Ce centre d'interprétation sera réalisé à proximité immédiate du site, mais ne sera pas visible depuis les alignements, dont l'environnement direct doit demeurer essentiellement naturel. Réalisé par l'Etat, propriétaire des alignements, il s'intégrera dans le projet global d'aménagement du site mégalithique, auquel se sont associées les collectivités territoriales.