Allez au contenu, Allez à la navigation

Visite en France du ministre des affaires étrangères norvégien

11e législature

Question écrite n° 23845 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 23/03/2000 - page 1005

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la visite en France du ministre des affaires étrangères norvégien, évoquée à la page 29 du Bulletin quotidien du 1er mars 2000. Il lui demande quel a été l'objet de cette visite, quels sujets ont été évoqués lors de son entretien avec son homologue norvégien et quels accords ont été éventuellement conclus entre la France et la Norvège.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 04/05/2000 - page 1575

Réponse. - M. Knut Vollebaek, alors ministre des affaires étrangères s'est rendu en france du 1er au 3 mars dernier. Il accompagnait en effet L.M. le roi Haradl V et la reine Sonja de Norvège en visite d'Etat en France. Première visite d'Etat d'un souverain norvégien en France depuis 1962, celle-ci a permis de marquer solennellement l'attachement des deux pays au développement de leurs relations. Les entretiens du Président de la République et du Premier ministre avec le roi, comme l'entretien entre le ministre des affaires étrangères et M. Knut Vollebaek, ont visé à apaiser certaines appréhensions norvégiennes, notamment dans le domaine de la défense, liées à la non-appartenance de la Norvège à l'union européenne. En associant largement les principaux acteurs industriels, scientifiques et culturels franco-norvégiens, en marge des contacts officiels, la visite a par ailleurs permis de rappeler la disponibilité de la France à s'investir davantage encore dans le Royaume, en particulier dans les secteurs des hydrocarbures, de l'armement et de l'aérospatial. La visite d'Etat n'a pas donné lieu à la signature d'accords libéraux. Déroulement de la visite : les souverains de Norvège, accompagnés de M. Knut Vollebaek, se sont entretenus avec le Président de la République, le Premier ministre, les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale. Ils se sont rendus à Toulouse, où leur ont été notamment présentés les ateliers d'Aérospatiale-Matra, l'hélicoptère NH-90 et les installations du CNES. Des contacts ministériels ont également eu lieu entre MM. François Huwart et Christian Pierret d'une part, et leurs homologues norvégiens d'autre part. Aspects politiques : les principales questions abordées par le roi de Norvège lors de ses entretiens avec le Président de la République et le Premier ministre ont concerné les relations de la Norvège avec l'Union européenne (notamment dans le cadre de l'Espace économique européen, de la coopération Schengen, et de l'Europe de la défense), la candidature de la Norvège à un siège non permanent au conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2001-2002, et la situation en Autriche. Au cours des entretiens avec M. Knut Vollebaek, outre ces thèmes, ont été évoqués la situation au Kosovo et en Russie, ainsi que le processus d'élargissement de l'Union européenne. De ces consultations, le ministère des affaires étrangères retient en particulier qu'en participant à l'espace économique européen et à la coopération Schengen, la Norvège a développé d'importants partenariats avec les quinze. Observant les progrès de l'Europe de la défense, la Norvège souhaite être associée aux décisions de l'Union européenne par des mécanismes de consultation. Elle se prévaut pour cela de ses capacités en matière de gestion des crises (elle dispose ainsi de 1 250 hommes stationnés au Kosovo). Consciente de l'appréhension que suscite en Norvège la politique européenne de défense, la France a explique la nature du processus en cours. Aspects économiques : la visite d'Etat des souverains norvégiens a permis d'évoquer les principaux dossiers commerciaux bilatéraux. La France, jusqu'à récemment troisième investisseur étranger en Norvège, et premier exploitant étranger dans le domaine des hydrocarbures, est présente en Norvège depuis le début de son aventure pétrolière. Elle souhaite pouvoir s'y investir plus amplement. Partenaire stratégique, premier fournisseur de la France dans le domaine des hydrocarbures, la Norvège constitue notre troisième déficit mondial. Elle attend beaucoup des décisions importantes qu'Oslo envisage de prendre dans les prochains mois : appel d'offres concernant le marché nordique d'hélicoptères ; 16e round sur les licences d'exploitation des champs d'hydrocarbures offshore, acquisition et lancement d'un satellite de télécommunications, privatisation du groupe pétrolier Statoil.