Allez au contenu, Allez à la navigation

Visite en France du ministre australien des sciences et des ressources

11e législature

Question écrite n° 24208 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 06/04/2000 - page 1212

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à l'industrie sur sa rencontre avec le ministre australien des sciences et des ressources, évoquée à la page 26 du Bulletin quotidien du 23 mars 2000. Il souhaiterait connaître l'objet de cette rencontre, les sujets abordés à cette occasion, les engagements envisagés ou conclus pour le renforcement des échanges entre l'Australie et la France dans les domaines des sciences et de la recherche.



Réponse du ministère : Industrie

publiée dans le JO Sénat du 08/06/2000 - page 2088

Réponse. - La rencontre intervenue le 23 mars 2000 entre M. Christian Pierret, secrétaire d'Etat à l'industrie, et M. Minshin, ministre australien de l'industrie, de la science et des ressources naturelles, a permis une étude de détail des perspectives de coopération en matière de technologie et d'industrie entre la France et l'Australie. Un examen en commun a permis de souligner les nombreuses avancées dues au programme franco-australien pour l'industrie et la recherche (FAIR) lancé en 1990 qui vise à encourager des coopérations entre organismes et entreprises français et autraliens. Après l'organisation à Paris en mars 2000 d'un séminaire sur les nouvelles technologies des industries de la communication (NTIC) consacrées à la médecine, les deux ministres ont approuvé l'organisation en 2001 d'un séminaire sur les biotechnologies et qui se tiendra en Australie. Un entretien en profondeur est alors intervenu sur les aspects nucléaires. M. Minshin a confirmé qu'une décision sur le projet de réacteur de recherche de Lucas Heights interviendra à l'été 2000. Il a par ailleurs fait part de la satisfaction du Gouvernement australien sur l'accord intervenu avec la COGEMA en matière de retraitement. Enfin, un échange sur les investissements a permis de mettre en valeur l'accord que représentent les investissements français à l'économie australienne, dans le secteur manufacturier et dans celui des services, M. Minshin reconnaissant que les investissements australiens en France sont trop faibles.