Allez au contenu, Allez à la navigation

Regroupement des musées en sous-groupes autour d'un seul musée

11e législature

Question écrite n° 24466 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 13/04/2000 - page 1329

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la culture et de la communication sur le rapport d'étape de la mission parlementaire sur la réforme des musées remis au début du mois de mars à la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, évoqué à la page 23 du Bulletin quotidien du 6 mars 2000 et dans lequel il est proposé de regrouper les musées en sous-groupes, autour d'un musée " chef de file qui servirait de locomotive à un regroupement scientifique et culturel ". Il souhaiterait connaître la réaction que lui inspire cette suggestion et savoir si elle sera suivie d'effet.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 27/07/2000 - page 2647

Réponse. - La question du regroupement des musées en sous-groupes sur des bases culturelles et scientifiques renvoie à la question de l'organisation des relations des musées entre eux à travers diverses formes de " mise en réseau ". L'un des objectifs prioritaires de la politique de l'Etat en matière de musées consiste à encourager le développement des réseaux des musées. Les modalités sont multiples et varient selon que l'on examine les relations des musées nationaux entre eux, les relations des musées nationaux avec les musées classés et contrôlés, ou les relations des musées classés et contrôlés entre eux. En ce qui concerne les relations internes aux musées nationaux, il existe déjà des formes de rattachement à certains musées " chefs de file ". C'est ainsi, par exemple, que le musée de la maison Bonaparte à Ajaccio ou le musée napoléonien de l'île d'Aix sont rattachés au musée de Malmaison. Par ailleurs, l'érection de la majorité des musées nationaux en services à compétence nationale a été l'occasion de mettre en place de nouvelles formes de coopération entre grands musées et musées de taille plus modeste. En ce qui concerne les relations musées nationaux/musées classés et contrôlés, les " grands départements ", actuellement au nombre de 14, institués par le décret modifié et complété nº 45-2075 du 31 août 1945 portant application de l'ordonnance relative à l'organisation provisoire des musées des beaux-arts, remplissent à la demande du directeur des musées de France, au-delà de la gestion des collections placées sous leur responsabilité, des missions d'étude, de recherche et de conseil dans l'histoire de l'art et de la conservation des uvres. Ces musées jouent à ce titre un rôle de chef de file vis-à-vis des musées classés et contrôlés dont les collections entrent dans leur sphère scientifique, notamment au moyen d'une politique dynamique en matière de prêts et de dépôts, ainsi que par un rôle actif de conseil et d'expertise. Le Musée national d'art moderne a également démontré, par les expositions " Hors les murs " organisées pendant les travaux du CNAC-Georges Pompidou, son rôle de chef de file vis-à-vis des collections du XXe siècle. Enfin, nombre de musées classés et contrôlés travaillent depuis longtemps entre eux en réseau, par exemple, en organisant en commun des expositions itinérantes, ou encore dans un cadre animé par une conservation départementale. D'autres structures, associatives, fédèrent également les musées : il s'agit d'une part des fédérations de musées thématiques, et d'autre part des associations locales des conservateurs des collections publiques qui jouent souvent un rôle important dans l'animation de la politique des musées d'une même région.