Allez au contenu, Allez à la navigation

Mise en place d'un catalogue national de l'offre française des entreprises régionales d'envergure mondiale (EREM)

11e législature

Question écrite n° 24614 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 20/04/2000 - page 1395

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur le rapport nº 96M043-01 de l'inspection générale des finances sur les moyens d'améliorer l'" intelligence économique " des " entreprises régionales d'envergure mondiale " (EREM) paru en janvier 1997 et dans lequel ses auteurs proposent, à la page 35 du résumé, d'" établir un catalogue national de l'offre française des EREM ". Il lui demande si un tel catalogue " en français sur CD-ROM et sur Internet en français et en anglais " a été élaboré. Dans l'affirmative, est-il quotidiennement remis à jour et, dans la négative, quand le sera-t-il ?



Réponse du ministère : Économie

publiée dans le JO Sénat du 03/08/2000 - page 2725

Réponse. - Sur la base d'une étude réalisée dans quatre régions françaises et quatre pays émergents, le rapport Sautter-Sardais estimait le nombre d'" entreprises régionales d'envergure mondiale " (EREM) entre 1 500 et 3 000. Le travail d'identification préconisé dans ce rapport a été mené sur le terrain par les directions régionales du commerce extérieur (DRCE) et a, depuis lors, permis d'identifier 2 422 entreprises. Ce travail de terrain se poursuit dans les DRCE, tandis qu'en administration centrale, la direction des relations économiques extérieures (DREE) a lancé en février 2000 un travail de recherche statistique qui doit permettre d'aboutir à la détection quasi exhaustive des EREM ou PME potentiellement performantes à l'export et susceptibles de se mondialiser. Entreprises régionales d'envergure mondiale identifiées par les DRCE (mai 2000) ( NOTA Voir tableau page 2725 ). A ce stade, seules les listes d'EREM au niveau régional ont été établies ; elles présentent l'avantage d'une mise à jour régulière (quasi quotidienne) par les DRCE et de rester ainsi constamment " ouvertes ". Un catalogue national n'a pas été établi car sa constitution s'avère poser des problèmes de confidentialité. De nombreuses entreprises ne souhaitent pas voir leur " ambition " mondiale ou du moins leur capacité à se mondialiser affichée auprès de la concurrence tant française qu'étrangère : ce point est d'ailleurs mentionné en dernière ligne de la proposition 15 du rapport Sautter-Sardais (page 35 du résumé). Un autre problème que pose l'établissement d'une liste nationale d'EREM est celui d'accusation possible de discrimination. Les listes d'EREM sont pour l'instant limitées à l'usage interne de la DREE : DRCE, centrale, postes d'expansion économique (PEE). L'identification des EREM (qui correspondent plus à un concept qu'à une définition stricte) permet à toutes les composantes de la DREE une attitude proactive vers ces entreprises : la méthodologie " réseaux export ", généralisée depuis mai 1999 à l'ensemble des DRCE et des postes d'expansion économique (PEE) leur propose une analyse de leurs besoins et un accompagnement privilégié tout au long de leur développement sur les marchés lointains, la centrale leur assurera courant 2000 (ainsi qu'à d'autres correspondants) une diffusion régulière d'informations économiques sur les marchés étrangers.