Allez au contenu, Allez à la navigation

Développement de lieux de formation publics et gratuits aux technologies de l'information et de la communication

11e législature

Question écrite n° 24621 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 20/04/2000 - page 1390

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la culture et de la communication sur la suggestion faite dans le rapport d'un conseiller d'Etat intitulé " L'Etat et les technologies de l'information - Vers une administration à accès pluriel " rendu public le 6 mars 2000, de " développer les lieux de formation publics et gratuits aux technologies de l'information et de la communication ". Il lui demande son sentiment à l'égard de cette suggestion et souhaiterait savoir si le Gouvernement entend prendre des dispositions afin de développer des " cyberlieux " publics, dans le cadre de partenariats Etat-collectivités locales ".



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 14/09/2000 - page 3176

Réponse. - Depuis plus de trois ans, le Gouvernement a engagé une vaste politique visant à développer les nouvelles technologies en France. Le Premier ministre a proposé ainsi un plan d'action gouvernemental pour l'entrée de la France dans la société de l'information (PAGSI). Depuis trois ans, le comité interministériel pour la société de l'information (CISI) assure le suivi de ce plan d'action, procède pour le Gouvernement à un bilan des actions entreprises et décide des nouvelles orientations politiques en la matière. Ainsi, le 10 juillet dernier, s'est tenue la troisième réunion du CISI, dont l'un des volets est spécifiquement consacré à la réduction du " fossé numérique " afin de donner à tous la possibilité de maîtriser les outils de la société de l'information. Dans cette perspective, le Gouvernement a décidé d'amplifier sa politique de développement de points d'accès publics à l'internet. D'ici 2003, le Gouvernement ouvrira 7 000 lieux publics, dont 2 500 espaces publics numériques (EPN). Ces EPN proposeront à tous un accès gratuit au matériel informatique ainsi qu'une initiation à leur maniement. Ce dispositif s'appuiera sur la mobilisation de 4 000 emplois jeunes supplémentaires de formateurs multimédia, représentant un effort financier global de 2 milliards de francs sur cinq ans. Ces établissements pourront être gérés soit par des personnes publiques soit par des personnes privées. 1 000 de ces EPN seront mis en place dans les sites prioritaires des villes d'ici à 2003. Et 1 000 seront installés dans le cadre du projet cyberjeune, dès la fin 2000. Le Gouvernement a également décidé de doubler le nombre d'espaces culture-multimédia (ECM) pour le porter à 220. Par ailleurs, l'Etat et la Caisse des dépôts et des consignations mobiliseront 300 millions de francs pour soutenir les collectivités qui souhaitent installer une cyberbase (espace dédié au multimédia animé par des emplois jeunes), l'objectif étant de mettre en place un réseau de 500 cyberbases à la fin 2002. L'Etat a également décidé d'encourager, en partenariat avec les collectivités locales, l'ouverture d'établissements scolaires disposant de salles multimédias adaptées à d'autres publics que les élèves. Enfin, il a été également décidé d'offrir l'accès gratuit aux demandeurs d'emplois dans les 750 agences pour l'emploi dès 2001. Cet accès gratuit sera étendu aux 350 missions locales pour la consultation des offres d'emplois. S'agissant des bibliothèques, le Gouvernement propose aux collectivités locales de se fixer comme objectif la généralisation de l'accès à l'internet d'ici 2003 dans les 2 656 bibliothèques municipales et les 97 bibliothèques départementales de prêt. Par ailleurs, le programme Cyberposte a permis de mettre 1 000 points d'accès à la disposition de tous. A ce jour, plus de 72 000 personnes utilisent ce service. La Poste proposera, en outre, dès le mois de septembre 2000, des formes d'accès gratuit à l'internet. Dans ce cadre, le programme des espaces culture-multimédia est une référence. L'expérience acquise par les responsables de ces centres et par le ministère de la culture et de la communication bénéficiera à l'ensemble des nouveaux programmes lancés.