Allez au contenu, Allez à la navigation

Crédits budgétaires supplémentaires en faveur des compagnies dramatiques

11e législature

Question écrite n° 24721 de M. Bernard Dussaut (Gironde - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 27/04/2000 - page 1484

M. Bernard Dussaut appelle l'attention de Mme le ministre de la culture et de la communication sur les difficultés rencontrées par de nombreuses compagnies dramatiques, de spectacle vivant notamment. Ces établissements, confrontés à des charges incompressibles nouvelles se trouvent extrêmement fragilisés financièrement. C'est pourquoi il lui demande si elle entend inscrire dans le collectif budgétaire des crédits supplémentaires en leur faveur.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 10/08/2000 - page 2814

Réponse. - La relance de la création artistique par un soutien accru aux compagnies dramatiques est une des priorités du ministère de la culture et de la communication, de même que la reconstitution des marches artistiques des réseaux du spectacle vivant. Celles-ci ont en effet été progressivement amputées du fait de l'évolution des charges supportées par les institutions culturelles qui ont par ailleurs vu leurs subventions moyennes stagner et parfois même diminuer en francs constants depuis 7 ans. Les mesures nouvelles attribuées pour le secteur du spectacle vivant en LFI 1999 (110 MF) et en LFI 2000 (80 MF) ont déjà permis d'inverser cette tendance tout en renforçant les interventions directes en faveur de la création indépendante. Dans le cadre du collectif budgétaire 2000, des moyens nouveaux d'un montant de 50 MF sont ouverts pour le secteur du spectacle vivant, ce qui portera à 130 MF les mesures nouvelles de l'exercice 2000, permettant ainsi de poursuivre la relance de la politique de l'Etat en faveur de la création et des créateurs, relance qui ne manquera pas d'être poursuivie dans le cadre de la LFI 2001. Les crédits du collectif ont été déconcentrés à hauteur de 65 % (33 MF) afin que soient poursuivies, dans un souci de cohérence, l'irrigation du territoire et la prise en compte des réalités artistiques et culturelles propres à chaque région. Cette mesure exceptionnelle permettra d'entamer la restauration des assises budgétaires des réseaux institutionnels (centres dramatiques nationaux ; centres chorégraphiques nationaux, scènes nationales, orchestres) et de leur capacité à soutenir la création artistique et l'innovation culturelle. Elle aura également pour effet d'augmenter les interventions en faveur des équipes artistiques indépendantes, permettant en particulier le renforcer le soutien de l'Etat dans le cadre de la réforme de l'aide aux compagnies dramatiques et chorégraphiques, et de soutenir les équipes développant des projets innovants ou expérimentaux. Enfin, une partie de ces crédits permettra d'amorcer l'amplification de l'appui apporté aux programmes d'enseignement et de formation.