Allez au contenu, Allez à la navigation

Demande de statut pour les animateurs et directeurs volontaires des centres de vacances et de loisirs

11e législature

Question écrite n° 24724 de M. Jean-Pierre Bel (Ariège - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 27/04/2000 - page 1495

M. Jean-Pierre Bel attire l'attention de Mme le ministre de la jeunesse et des sports sur la demande de statuts des animateurs et directeurs volontaires qui encadrent occasionnellement des centres de vacances et de loisirs. Il semblerait que le statut de " jeune animateur volontaire stagiaire " proposé par le ministère de la jeunesse et des sports soit insatisfaisant par sa lourdeur, sa complexité, son aspect restrictif... ce qui a conduit la commission technique paritaire centre de vacances et de loisirs, le CNEPJ et les associations à refuser ce projet. Face à cette situation, il souhaiterait savoir dans quelle mesure il serait possible d'engager une concertation, compte tenu que les centres de vacances et de loisirs représentent une réponse sociale pour près de 5 millions d'enfants et jeunes de notre pays.



Réponse du ministère : Jeunesse

publiée dans le JO Sénat du 08/06/2000 - page 2090

Réponse. - Le ministère de l'emploi et de la solidarité et le ministère de la jeunesse et des sports ont entrepris, tant avec les organisateurs de centres de vacances et de loisirs du secteur privé non lucratif qu'avec les syndicats d'employeurs et de salariés signataires de la convention collective de l'animation socioculturelle, une concertation sur le statut des personnels pédagogiques occasionnels des centres de vacances et de loisirs qui dure depuis plus d'un an. Tous les partenaires associatifs de ce secteur ont été largement associés à ces échanges et ont pu faire valoir leurs arguments. Le Gouvernement a fait des propositions qui sont une base de discussion assise sur la volonté forte de prendre en compte les spécificités de ce secteur d'activité dont l'histoire est intimement liée à celle de l'éducation populaire. Mais, à partir de cette réalité, il faut aujourd'hui intégrer à la réflexion les évolutions de notre société, et notamment les conséquences du sous-emploi que connaît notre pays malgré les améliorations récentes que l'action du Gouvernement a permises. A cela s'ajoute la modification progressive de cette activité qui, pour beaucoup de jeunes, est perçue comme une source de revenus, un travail occasionnel leur permettant de payer une partie de leurs études, une chambre d'étudiant, des loisirs... Le Gouvernement souhaite avancer peu à peu vers une solution adaptée à la fois aux particularismes des centres de vacances et de loisirs et aux attentes des jeunes car il est nécessaire de donner une base juridique solide à la situation des personnels pédagogiques occasionnels de ces centres. Par contre, il est de la seule responsabilité des partenaires sociaux de définir la situation des encadrants salariés de ces centres et d'élaborer une construction conventionnelle crédible. Il est à noter que, lors de la réunion de concertation du 20 décembre 1999, l'ensemble des associations organisatrices de centres de vacances et de loisirs participantes, après quelques adaptations décidées en commun, est convenu d'engager un processus de travail institutionnel sur la base du dispositif proposé par le Gouvernement. Lors de sa réunion du 10 mars 2000, le Conseil national de l'éducation populaire et de la jeunesse a officialisé cette démarche. Un travail plus technique s'engage désormais au sein de la commission technique et pédagogique des cnetres de vacances et de loisirs, avec les associations concernées, les syndicats d'employeurs et les syndicats de salariés. Par ailleurs, le Gouvernement pourra s'appuyer, d'une part, sur le rapport que vient de présenter le député Philippe Vuilque et, d'autre part, sur l'avis que rendra le Conseil économique et social à la suite de sa saisine par le Premier ministre.