Allez au contenu, Allez à la navigation

Enseignement des langues étrangères

11e législature

Question écrite n° 24760 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 27/04/2000 - page 1490

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur l'article paru à la page 26 du quotidien La Croix du 9 mars 2000 dans lequel son auteur estime que " le moment doit venir où il faudra... diffuser l'enseignement des langues des pays qui sont nos partenaires dans le commerce des biens et des idées. D'abord le russe, l'arabe, le chinois ou le japonais, bien sûr, mais il faut prendre en compte des pays qui émergent d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie ". Il souhaiterait connaître son avis sur cette analyse et aimerait savoir s'il n'estime pas, comme l'auteur de l'article précité que la coopération très active entre la France et le Vietnam devrait s'accompagner d'un programme de développement de l'enseignement du vietnamien en France.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 15/02/2001 - page 582

Réponse. - La diversification de langues vivantes offertes aux élèves constitue un des soucis majeurs de la politique des langues telle que définie par le ministre de l'éducation nationale. Le vietnamien, qui ne fait pas partie des grandes langues de communication de la planète, n'est actuellement enseigné que dans un très petit nombre d'établissements scolaires. L'importance de la communauté d'origine vietnamienne en France rend nécessaire une réflexion pour envisager un développement plus conséquent de l'enseignement de cette langue. Cette réflexion s'inscrit cependant dans un cadre plus large de préservation et de consolidation des langues les moins enseignées. Une étude est actuellement en cours à ce sujet. Sur le plan de l'examen du baccalauréat, la position de cette langue est la suivante : sans avoir obligatoirement suivi l'enseignement, les candidats peuvent passer une épreuve de vietnamien, au titre des épreuves obligatoires en langues vivantes 1 et 2. Le vietnamien peut en outre être choisi au titre des épreuves facultative écrites. A la session 2000, le nombre national de candidats ayant subi les épreuves de cette langue s'élevait à environ 120.