Allez au contenu, Allez à la navigation

Distribution de lait dans les écoles

11e législature

Question écrite n° 24810 de M. André Jourdain (Jura - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 04/05/2000 - page 1538

M. André Jourdain appelle l'attention de M. le ministre délégué aux affaires européennes sur la position de la Commission européenne concernant la distribution de lait dans les écoles. En effet, si de son côté le Gouvernement français a pris une position ferme en faveur du maintien de l'aide actuelle, et si la Commission a retiré son projet de suppression, un risque subsiste néanmoins de voir la subvention actuelle fortement diminuer. Or la distribution de lait constitue pour près de six millions d'enfants un apport nutritionnel indispensable. Du reste, l'association Amalthée a pu d'ores et déjà observer une chute de la distribution dans les écoles, alors même qu'elle a été finalement maintenue par la Commission européenne. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui indiquer ses intentions sur ce dossier, et lui préciser s'il envisage de maintenir la même position en faveur de la distribution de lait dans les écoles.



Réponse du ministère : Affaires européennes

publiée dans le JO Sénat du 25/05/2000 - page 1848

Réponse. - L'honorable parlementaire a bien voulu appeler l'attention du ministre délégué chargé des affaires européennes concernant la distribution de lait dans les écoles. Les autorités françaises n'ont pas manqué de rappeler leur attachement à ce programme dès que furent connues les conclusions d'un rapport d'audit commandé par la commission européenne proposant l'abandon progressif du dispositif communautaire existant et laissant à chaque Etat membre le soin de poursuivre ou non cette mesure à titre national. S'appuyant sur cette recommandation, la Commission a, dans un premier temps, proposé une diminution de 50 % des crédits correspondants dans le budget communautaire pour l'année 2000 (soit 53 millions d'euros, au lieu de 106 millions en 1999), en vue d'une suppression totale en 2001. Cette initiative a rencontré l'opposition de plusieurs Etats membres, dont le nôtre. Ce sont, en fin de compte, 83 millions d'euros qui ont été inscrits dans le budget communautaire, ce qui devrait nous permettre de reconduire l'essentiel des actions en cours. S'agissant de l'avenir de ce programme, la Commission européenne s'est également vue contrainte de prendre en compte les réactions des Etats membres et de reconsidérer son objectif initial qui était de supprimer le soutien communautaire dont bénéficie la distribution de lait dans les écoles. Elle propose maintenant de poursuivre cette mesure, dans le cadre d'un cofinancement communautaire à hauteur de 50 % des financements accordés par chaque Etat membre. Bien qu'elle préserve le programme communautaire dans son principe, la proposition modifiée de la Commission n'est pas acceptable en l'état. En effet, les participations nationales à la distribution de lait varient beaucoup d'un Etat membre à l'autre. Pour la France, ce montant est particulièrement faible (moins de 5 % de la dépense totale). La mise en place d'un cofinancement communautaire reviendrait donc, pour notre pays, à restreindre considérablement le champ d'application de la mesure. Par ailleurs, l'introduction du confinancement en matière de politique agricole commune a été clairement rejetée lors de la négociation sur l'Agenda 2000, qui a établi les perspectives financières de l'Union européenne pour 2000-2006. Notre pays ne conteste pas, en revanche, la nécessité d'améliorer le fonctionnement du régime communautaire. Plusieurs voies peuvent être envisagées à cet égard : simplification de la gestion, élargissement des produits éligibles aux produits demi-écrémés ou écrémés, meilleure visibilité de la mesure (par exemple, en mentionnant l'aide communautaire accordée aux produits distribués). Comme l'ont montré les dernières discussions entre Etats membres sur cette question, la position de notre pays rencontre la compréhension, sinon l'appui, d'un nombre grandissant de nos partenaires. Les autorités françaises maintiendront une grande vigilance sur ce dossier.