Allez au contenu, Allez à la navigation

Consommation de produits sanguins

11e législature

Question écrite n° 25418 de M. Claude Huriet (Meurthe-et-Moselle - UC)

publiée dans le JO Sénat du 25/05/2000 - page 1835

M. Claude Huriet demande à Mme le secrétaire d'Etat à la santé et aux handicapés de bien vouloir lui indiquer, sur les cinq dernières années, quelle a été l'évolution de la courbe de consommation de produits sanguins, en distinguant produits stables et produits labiles. Il souhaiterait également connaître l'évolution du nombre des donneurs bénévoles et des volumes prélevés.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 21/09/2000 - page 3268

Réponse. - Sur les cinq dernières années, les prélèvements de sang ont constamment diminué, atteignant fin 1999 (estimation), une baisse de 20 % par rapport à 1994. Cette baisse n'est pas homogène d'une année sur l'autre mais connaît une sensible décélération puisque l'on est passé d'un taux d'évolution de - 6 % en 1995 et 1996 à un taux de - 3 % sur les deux dernières années. Au cours de la même période 1994-1999, la consommation de produits sanguins labiles a diminué dans la même proportion que la collecte. De ce fait, les demandes des établissements de santé ont pu être satisfaites et la France reste autosuffisante en la matière. Le nombre moyen de dons par donneur est resté globalement stable au cours de la même période (il se situe entre 1,6 et 1,7) ; la baisse des prélèvements est donc la conséquence d'une diminution quasi équivalente du nombre de donneurs et non du nombre moyen de dons par donneur. En 1998, le nombre de donneurs est estimé à 1 547 000. Un examen plus détaillé des statistiques montre que la baisse des prélèvements de sang total a été limitée à 17 %. En revanche, les aphérèses ont chuté de 42 % en cinq ans, en raison de la baisse des besoins en plasma du laboratoire français du fractionnement, faiblement compensée par l'utilisation croissante des concentrés plaquettaires issus d'aphérèse, et depuis le 1er septembre 1998, par le recours systématique à la technique de l'aphérèse pour le plasma thérapeutique. Les cessions de produits sanguins ont connu une diminution globale de 19 % sur la période considérée ; concernant les concentrés de globules rouges, qui représentent 74 % des cessions de produits, la baisse est conforme à l'évolution des prélèvements de sang total. La consommation de concentrés de plaquettes d'aphérèse obtenus grâce à un seul don, plus sécuritaire, a augmenté de 34 %, au détriment des concentrés de plaquettes préparés à partir de plusieurs dons et de plus en plus utilisés comme thérapie d'appoint ou d'urgence. L'utilisation du plasma frais congelé est restée globalement stable sur la période analysée, malgré une légère régression du plasma sécurisé au profit du plasma viro-atténué par solvant détergent, spécifique à l'année 1999. Le recours à la transfusion autologue, après avoir progressé jusqu'en 1995, s'est stabilisé en 1996, puis a fortement régressé ensuite (- 17 % entre 1996 et 1999). Cette activité représente 5 % de l'activitéglobale.