Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation d'un journaliste pris en otage en Tchéchénie

11e législature

Question écrite n° 25441 de M. Philippe Marini (Oise - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 25/05/2000 - page 1812

M. Philippe Marini appelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la situation de M. Brice Fleutiaux, photographe indépendant français, retenu en otage en Tchétchénie depuis le 1er octobre 1999. Après avoir tenté de rentrer en contact avec la présidence tchétchène à Grozny, ce journaliste aurait été kidnappé par l'une des bandes armées qui sévissaient dans la région. Il serait actuellement détenu au sud de la République indépendantiste, près de la frontière avec la Géorgie, théâtre de violents combats opposant les rebelles tchétchènes aux forces fédérales. L'état des négociations est incertain. En conséquence, il lui demande de lui donner des éclaircissements sur ces négociations et de lui faire connaître les initiatives prises par le Gouvernement en vue de la libération de M. Brice Fleutiaux.



Réponse du ministère : Affaires étrangères

publiée dans le JO Sénat du 10/08/2000 - page 2803

Réponse. - Dès que l'enlèvement en Tchétchénie de M. Brice Fleutiaux a été connu, l'Etat s'est mobilisé pour obtenir la libération sain et sauf de notre compatriote. Le Président de la République, le Premier ministre et le ministre des affaires étrangères ont saisi toutes les occasions de contacts avec leurs homologues russes pour leur rappeler l'importance que nous attachions à sa libération. Les plus hautes autorités de l'Etat ont reçu à plusieurs reprises l'épouse, la mère et le frère de l'intéressé pour leur témoigner notre solidarité et les informer des efforts menés. Les services du ministère des affaires étrangères ont été, tout au long de l'affaire, en contact permanent avec la famille de M. Fleutiaux. Au terme de huit mois de persévérance, les autorités russes ont obtenu le 12 juin dernier la libération de Brice Fleutiaux. Celui-ci a pu regagner la France dès le lendemain.