Allez au contenu, Allez à la navigation

Arrivée des nouveaux effectifs d'inspecteurs de police judiciaire au commissariat de Creil (Oise)

11e législature

Question écrite n° 26162 de M. Philippe Marini (Oise - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 22/06/2000 - page 2175

M. Philippe Marini appelle l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur les conditions du déroulement de l'enquête de la tragique disparition d'Angélique Dumetz, sauvagement assassinée dans la nuit du 13 au 14 octobre 1996. En effet, ce crime odieux, non encore élucidé à ce jour, a suscité une extrême émotion dans le département de l'Oise et il semble que les services de police manquent de moyens humains pour que cette enquête soit instruite dans les meilleures conditions. Or, les services du ministère de l'intérieur ont promis l'arrivée prochaine d'inspecteurs de police judiciaire supplémentaires au commissariat de Creil afin de répondre à la légitime attente des parents de la victime. En conséquence, il lui demande la date précise d'arrivée des nouveaux effectifs d'inspecteurs de police judiciaire au commissariat de Creil afin que le meurtrier d'Angélique soit arrêté et rapidement mis hors d'état de nuire.



Réponse du ministère : Intérieur

publiée dans le JO Sénat du 31/08/2000 - page 3033

Réponse. - Le meurtre d'Angélique Dumetz, constaté le 13 octobre 1996, est resté non élucidé. L'enquête se poursuit et mobilise, au-delà de l'antenne de police judiciaire de Creil, l'ensemble du service régional de police de Lille. A l'issue de l'enquête de flagrance menée par le commissariat de Compiègne, le service régional de police judiciaire de Lille et l'antenne de police judiciaire de Creil, saisis de plusieurs commissions rogatoires, ont réalisé plus de 600 auditions, fait procéder à plus de 160 comparaisons et empreintes génétiques et dressé plus de 1 000 procès-verbaux. Le cercle des recherches s'élargit, l'issue favorable de ces types d'investigations ne pouvant résulter que de continuels et patients rapprochements et recoupements, menées par les enquêteurs avec une très forte et constante détermination. Les effectifs chargés de cette enquête sont restés stables depuis 1996 (32 fonctionnaires étant affectés au détachement de Picardie composent les antennes d'Amiens et de Creil). Un lieutenant de police a été récemment affecté, en remplacement d'un départ.