Allez au contenu, Allez à la navigation

Nombre et organisation des services de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent

11e législature

Question écrite n° 26316 de M. Gilbert Chabroux (Rhône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 29/06/2000 - page 2281

M. Gilbert Chabroux attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat à la santé et aux handicapés sur le nombre de services de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent dans notre pays. En effet avec plus de 150 000 tentatives de suicides, notre pays consacre le quatrième et peu enviable rang mondial. Cette situation est telle qu'en près d'un demi-siècle, le nombre de décès dus au suicide a dépassé celui effroyable des morts de la route. Qui plus est, le suicide représente la première cause de mortalité chez les vingt-cinq trente-quatre ans et la seconde chez les quinze vingt-quatre ans. Il apparaît donc urgent de développer les politiques publiques de soutien et de coordination des acteurs de prévention et de traitement du suicide. Reste que le nombre de services ou d'établissements permettant d'accueillir rapidement ces jeunes gens et parfois adolescents est proprement insuffisant. Ainsi, et de manière emblématique, les jeunes de l'est de notre pays ne peuvent, dans ces cas extrêmes, recevoir de soins et bénéficier du nécessaire accompagnement dans le temps, uniquement au sein d'une clinique grenobloise. Au regard de cette capacité d'accueil, du drame collectif que constitue la tentative de suicide, il lui demande quelles mesures pourrait prendre le Gouvernement afin de pallier cette carence en structures hospitalières.



La question est caduque