Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des infirmiers et infirmières libérales

11e législature

Question écrite n° 26478 de M. Hubert Falco (Var - RI)

publiée dans le JO Sénat du 06/07/2000 - page 2356

M. Hubert Falco appelle l'attention de Mme le secrétaire d'Etat à la santé et aux handicapés sur les inquiétudes exprimées par les infirmiers et infirmières libérales qui éprouvent de plus en plus de difficultés pour vivre dignement de leur métier malgré les quatre années d'études supérieures et trois ans d'expérience professionnelle que nécessite l'obtention du diplôme. A la limitation du nombre de leurs actes, s'ajoute aujourd'hui la perspective de nouvelles restrictions à leur activité auprès des personnes dépendantes, âgées ou handicapées, qui pourrait être assurée par des auxiliaires de vie, au détriment de la qualité des soins. Le plan de développement des services de soins infirmiers à domicile pour personnes âgées (SIAD) ainsi que le projet de soins infirmiers (PSI) suscitent donc la plus vive inquiétude dans une profession dont le rôle social indispensable n'est pas récompensé à sa juste valeur, ni en terme de rémunération, ni en terme de reconnaissance sociale. Afin d'assurer la qualité des soins et l'attractivité d'une profession indispensable au système de soin français, il lui demande si elle tiendra compte de l'avis des infirmières libérales sur ces projets et si elle envisage de revaloriser la profession d'infirmière libérale et les rémunérations de leurs actes.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 04/10/2001 - page 3213

Les caisses d'assurance maladie et la Fédération nationale des infirmiers ont transmis le 24 octobre 2000 un avenant à la Convention nationale des infirmiers. La mise en oeuvre du plan de soins infirmiers dans le cadre de cet avenant, qui prévoyait son application au 13 décembre 2000, a suscité des critiques d'une partie de la profession. Le Gouvernement a estimé qu'un projet de cette ampleur, essentiel pour la revalorisation du rôle des infirmiers et pour les bonnes relations avec les patients, les médecins et les caisses, devait recueillir une large approbation des professionnels et des représentants des malades. A cette fin, des discussions ont été engagées avec l'ensemble des organisations représentant la profession infirmière ainsi qu'avec les associations de malades. Cette concertation a conduit à mieux expliquer le plan de soins infirmiers et le fait que, loin d'être une remise en cause du champ de compétence des infirmiers, il constitue une étape importantte dans l'amélioration de la qualité des soins infirmiers dispensés aux personnes, comme dans la reconnaissance du rôle sanitaire et social des infirmiers. L'exercice de la profession d'infirmière est d'ailleurs réglementé dans l'intérêt des malades. La concentration a également permis de réaffirmer que le plan de soins infirmiers ne se traduira pas par l'accomplissement de soins infirmiers par des personnes non qualifiées. En particulier, la toilette des personnes dépendantes ou handicapées pourra toujours être effectuée par des infirmiers, car elle nécessite, en fonction de l'état de la personne, des précautions en matière de prévention et de surveillance. L'explication du plan de soins infirmiers auprès des professionnels et de la population sera poursuivie et amplifiée par une mobilisation conjointe sur l'ensemble du territoire des services de l'Etat et de l'assurance maladie et par une large diffusion de documents d'information présentant son fonctionnement concret. Il sera procédé à un test sur plusieurs sites portant sur les modalités de coordination entre les infirmiers et les services sociaux dont les résultats devront être communiqués début novembre en vue de disposer d'une procédure claire de coordination lors de la mise en oeuvre du plan de soins infirmiers et de l'allocation personnalisée d'autonomie au 1er janiver 2002. Dès lors que ses conditions d'application satisferont la majorité des professionnels et que les assurés auront été rassurés sur la continuité des soins infirmiers dont ils ont besoin, le plan de soins infirmiers pourra être mis en place. L'application du PSI s'accompagnera d'une revalorisation de la rémunération des soins courants infirmiers (lettre clé AIS). L'objectif du Gouvernement est que les personnes dépendantes reçoivent les soins infirmiers dont elles ont besoin et que seules les infirmières sont à même de délivrer, en complémentarité avec les interventions des professionnels sociaux. Dans ce cadre, des mesures ont d'ores et déjà été prises pour augmenter sensiblement et rapidement l'offre de soins et d'aide à domicile. Ainsi, 2 000 places supplémentaires de soins infirmiers à domicile (SSIAD) ont été financées en 2000. Cet effort sera amplifié au cours des prochaines années avec un plan de création de 20 000 places d'ici à 2005, dont 4 000 places en 2001, représentant un engagement financier de 1,2 milliard de francs de l'assurance maladie. Un tel plan de médicalisation doit permettre de corriger les inégalités entre les régions en matière d'équipement. Pour répondre aux besoins croissants en infirmiers diplômés, que ce soit en établissement ou en libéral, le Gouvernement a pris la décision de porter à 26 400 le nombre d'élèves des écoles d'infirmières recrutées, soit une hausse de 8 000. Le Gouvernement a, par ailleurs, pris des mesures favorisant le maintien à domicile des personnes dépendantes par la création de 5 000 postes d'auxiliaires de vie, qui pourront désormais intervenir auprès des personnes âgées, l'exonération de charges patronales des associations d'aides à domicile, la mise en place d'un comité de pilotage sur la formation et la professionnalisation des aides.