Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation du centre national d'entraînement des forces de la gendarmerie

11e législature

Question écrite n° 27001 de M. Louis Souvet (Doubs - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 27/07/2000 - page 2614

M. Louis Souvet attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur les moyens mis à disposition du CNEFG (centre national d'entraînement des forces de la gendarmerie). Il convient de saluer la rapidité et la souplesse d'intervention des pelotons entraînés à Saint-Astier. Il demande si, face à une violence urbaine très spécifique, les moyens financiers et techniques de ce centre vont être accrus, permettant de préparer de façon optimum un nombre croissant de représentants de l'ordre.

Transmise au ministère : Défense



Réponse du ministère : Défense

publiée dans le JO Sénat du 21/09/2000 - page 3251

Réponse. - Créée le 1er avril 1969, l'école des sous-officiers de gendarmerie, centre d'instruction des gendarmes auxiliaires de Saint-Astier-Bergerac, est devenu le Centre national d'entraînement des forces de gandarmerie (CNEFG) le 1er juillet 1999. Dans le cadre de cette réforme, l'ancienne division de perfectionnement de la gendarmerie mobile a cédé la place à une direction de l'instruction, articulée en quatre divisions : maintien de l'ordre, interventions, études et programmation. Cette importante évolution marque la reconnaissance d'un pôle d'excellence en matière d'intervention liée au maintien de l'ordre, confirmée par une augmentation constante de la fréquentation de ce site unique en France (10 243 stagiaires et 523 visiteurs en 1997 ; 12 700 stagiaires et 700 visiteurs en 1999). Cette montée en puissance conduit la gendarmerie à envisager, au-delà d'ajustements ponctuels en termes de moyens et d'effectifs qui seront réalisés d'ici à la fin de l'année 2000, une extension du centre, de telle sorte qu'il soit en mesure d'organiser, au profit de chaque escadron de gendarmerie mobile, un séjour annuel de remise à niveau d'une semaine ainsi qu'un stage de formation de trois semaines tous les deux ans, à l'horizon de la prochaine loi de programmation.