Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de l'industrie du sel en Meurthe-et-Moselle

11e législature

Question écrite n° 27212 de M. Claude Huriet (Meurthe-et-Moselle - UC)

publiée dans le JO Sénat du 10/08/2000 - page 2782

M. Claude Huriet attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat à l'industrie sur l'importance de l'industrie du sel en Meurthe-et-Moselle. Les soudières de Dombasle et la Madeleine font vivre 3 000 familles et représentent une activité économique essentielle pour cette région. Toutefois, depuis l'avis négatif donné par le préfet de Meurthe-et-Moselle à une augmentation de 30 % de la production de carbonate de sodium, la pérennisation de cette activité à moyen et long terme paraît être menacée. Le comité de bassin Rhin-Meuse s'est, quant à lui, prononcé pour l'option de la construction d'un calcoduc qui déverserait dans le Rhin une partie des rejets salins de cette industrie. Cette solution, si elle semble plus satisfaisante en termes d'environnement, représente un coût d'investissement de 370 millions de francs, investissement que les entreprises concernées ne peuvent, en aucun cas, assumer seules. A l'occasion de déclarations publiques l'année dernière, le secrétaire d'Etat avait annoncé la tenue d'une table ronde destinée à rechercher une solution qui pourrait concilier le développement de cette activité avec le respect de l'environnement. Depuis lors, malgré ses promesses, aucune réunion n'a été tenue sur cette question et le dossier reste bloqué. Il lui demande s'il envisage toujours d'organiser une rencontre de toutes les parties concernées et si, de son côté, ses services ont avancé dans l'élaboration d'une solution alternative.



La question a été retirée