Allez au contenu, Allez à la navigation

Chiffres du chômage

11e législature

Question écrite n° 27545 de M. Pierre Hérisson (Haute-Savoie - UC)

publiée dans le JO Sénat du 14/09/2000 - page 3141

M. Pierre Hérisson appelle l'attention de Mme le ministre de l'emploi et de la solidarité sur les chiffres du chômage. Le taux de chômage vient, en effet de passer sous la barre des 10 % et l'on ne peut bien sûr que s'en réjouir. Cette baisse est en partie due à la reprise de la croissance. Les engagements de l'ANPE (Agence nationale pour l'emploi), dans leur démarche qualité afin de mieux accueillir les demandeurs d'emploi, mieux les écouter pour mieux les orienter et d'assurer une relation partenariale avec les employeurs, devraient encore contribuer à cette baisse. Cependant, à l'analyse des statistiques, on constate que les postes pourvus ont le plus souvent donné lieu à des contrats à durée déterminée ou à des missions d'intérim. On observe aussi une augmentation importante du volume des activités réduites qui se banalisent. Mais quelle valeur ont les chiffres avancés sur cette décrue rapide du chômage ? En effet, chaque mois, le demandeur d'emploi remplit une fiche dans laquelle il précise sa situation. Puis, il est classé en fonction de ses réponses dans une catégorie selon des critères qui apparaissent pour le moins flous. Et c'est là que le bât blesse, car selon la catégorie dans laquelle le chômeur est classé le taux de chômage peut fluctuer considérablement. Il semblerait que l'ANPE ait quelques difficultés à s'y retrouver dans ces catégories. Ainsi, si le chômeur n'a travaillé que quelques jours dans le mois, il n'appartient plus à la catégorie des demandeurs d'emplois dans les chiffres officiels, il en est de même s'il est à temps partiel, qu'il n'a pas choisi, en stage ou en formation. Autre inquiétude, concernant le recensement des demandeurs d'emploi de la tranche cinquante - cinquante-quatre ans, ils semblent avoir disparu des statistiques. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui apporter toute précision sur la manière dont sont calculés les chiffres officiels du chômage.



La question est caduque