Allez au contenu, Allez à la navigation

Apport des réservistes à leur entreprise d'origine

11e législature

Question écrite n° 27610 de M. Louis Souvet (Doubs - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 14/09/2000 - page 3138

M. Louis Souvet attire l'attention de M. le ministre de la défense sur le potentiel humain et technique que les réservistes peuvent apporter en retour à leur entreprise d'origine. Il lui demande si, en échange de la participation aux activités de réserve, les personnels pourront bénéficier de la formation initiale minimum obligatoire (FIMO) ainsi que de la formation complémentaire obligatoire de sécurité (FCOS)



Réponse du ministère : Défense

publiée dans le JO Sénat du 23/11/2000 - page 4006

Réponse. - Depuis plusieurs années, l'exercice du métier de conducteur poids lourd et super poids lourd impose aux personnes titulaires des permis de conduire concernés de suivre des formations qualifiantes. C'est pourquoi le dispositif d'aide à la reconversion permet aux militaires de carrière ou servant en vertu d'un contrat, qui ont accompli au moins quatre années de service et qui désirent trouver un emploi dans le transport routier, de suivre la formation initiale minimum obligatoire (FIMO) dispensée par un centre ou un organisme de formation spécialisé. Dans le cadre des dispositions prévues aux articles 30-2 et 95 du statut général des militaires relatives au droit à la reconversion des militaires, la FIMO, renforcée tous les cinq ans par une formation complémentaire obligatoire de sécurité (FCOS), favorise la capacité d'insertion professionnelle de ces personnels sur le marché du travail. Ces dispositifs de formation professionnelle sont donc actuellement réservés exclusivement aux militaires d'active au titre de leur cursus de reconversion. Cependant, l'extension de l'octroi de cette formation à des réservistes titulaires d'un engagement à servir dans la réserve n'est pas écartée et devrait faire prochainement l'objet d'une étude de faisabilité.