Allez au contenu, Allez à la navigation

Ouvrir à tous les travailleurs sociaux le droit à une formation continue effective

11e législature

Question écrite n° 27615 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 14/09/2000 - page 3144

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de l'emploi et de la solidarité sur l'avis du conseil économique et social sur le rapport " Mutations de la société et travail social " adopté par cette même assemblée au cours de sa séance du 24 mai 2000 et dans lequel ses auteurs proposent, à la page I-27, d'" ouvrir à tous les travailleurs sociaux le droit à une formation continue effective ". Il lui demande si elle envisage de prendre des mesures afin que soient proposées à tous les travailleurs sociaux des formations continues " y compris ceux qui n'ont pas reçu de formation initiale diplômante ".



Réponse du ministère : Emploi

publiée dans le JO Sénat du 26/07/2001 - page 2464

La professionnalisation et la formation qualifiante des travailleurs sociaux est un des objectifs du ministère de l'emploi et de la solidarité. Il est d'autant plus affirmé qu'il constitue un des cinq axes d'orientations définis par le schéma national des formations sociales pour les cinq années à venir. La formation continue des travailleurs sociaux figure comme une priorité dans les orientations générales des politiques de formation et est un élément déterminant pour la mise en oeuvre du droit à la formation tout au long de la vie institué par la future loi de modernisation sociale. A partir du principe fort selon lequel les formations initiales en travail social sont des formations généralistes, il est nécessaire de prévoir la prise en compte de l'actualisation des connaissances. Ainsi la formation continue est un enjeu essentiel du secteur car elle permet l'adaptation à l'emploi, l'évolution continue des compétences tout au long de la vie professionnelle, la promotion et la mobilité des salariés. Si la formation professionnelle continue relève prioritairement des branches professionnelles et des OPCA (organismes paritaires collecteurs agrées) pour le secteur associatif et du CNFPT (Centre national de la fonction publique territoriale) pour la fonction publique territoriale, l'Etat, en tant que financeur et décideur des politiques publiques joue un rôle d'orientation et de suivi dans la mise en oeuvre de ces priorités. Pour atteindre cet objectif, différents axes d'action sont prévus : améliorer le poids des formations diplômantes dans les budgets de formation continue pour accentuer son rôle d'adaptation des compétences, clarifier la place respective de la formation initiale et de la formation continue et affecter prioritairement les fonds pour accompagner l'évolution des emplois, favoriser la promotion des salariés en ouvrant l'accès par la voie directe aux formations qui étaient jusque-là réservées aux situations d'emplois. Il s'agit donc de mieux relier formation initiale et formation continue : en affichant des priorités en formation continue qui, dans le cadre du schéma national des formations sociales, sont le développement et la coordination de l'offre en matière de formation supérieure et d'encadrement, en institutionnalisant les échanges avec les OPCA et les branches professionnelles pour améliorer la connaissance de l'offre de formation et la rendre plus lisible.