Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de la gynécologie médicale

11e législature

Question écrite n° 27757 de M. Michel Doublet (Charente-Maritime - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 21/09/2000 - page 3233

M. Michel Doublet attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat à la santé et aux handicapés sur l'avenir de la gynécologie médicale. Le projet gouvernemental de réforme des études de gynécologie médicale ne garantit pas la restauration et encore moins la pérennisation de la spécialité de gynécologie médicale, il s'agit d'une option de gynécologie médicale dans un diplôme commun avec l'obstétrique. Le CNESER (Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche) a rejeté à deux reprises le projet de création d'un diplôme commun et s'est prononcé en faveur de deux diplômes spécifiques l'un en gynécologie médicale et l'autre en obstétrique et gynécologie chirurgicale. En conséquence, il lui demande quelle suite elle entend donner aux demandes des femmes et des gynécologues médicaux soucieux de préserver cette spécialité.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 25/01/2001 - page 287

Réponse. - Tout d'abord, la secrétaire d'Etat à la santé et aux handicapés tient à réaffirmer son attachement, ainsi que celui de l'ensemble du Gouvernement au maintien de la spécialité de la gynécologie médicale dans le paysage médical français, compte tenu de son importance dans la prise en compte des besoins de santé des femmes. Un enseignement spécifique à la gynécologie médicale vient d'être créé qui n'existait plus depuis 1984. Cet enseignement est intégré au nouveau diplôme de gynécologie obstétrique et gynécologie médicale qui est accessible aux étudiants depuis cette rentrée 2000. Le contenu en est paru au Journal officiel le 17 août dernier. Ce DES comprend trois années de tronc commun suivies de deux années de formation optionnelle soit à la gynécologie médicale, soit à la gynécologie obstétrique. Les maquettes de formation pratique et théorique de ce diplôme ont été élaborées par un comité de suivi comprenant des représentants de tous les partenaires concernés (professionnels, comité de défense santé des femmes, ministère de la santé, ministère de l'éducation nationale). La formation théorique comprend dorénavant des enseignements communs, dont des modules de formation classique à la gynécologie (grossesse normale et pathologique, accouchement normal et pathologique, médecine de la reproduction, orthogénie, etc.) ainsi que des modules plus nouveaux comme éthique, droit et responsabilité médicale en gynécologie ou économie de la santé. Elle comprend aussi des enseignements spécifiques comme pour l'option gynécologie obstétrique : accouchement pathologique et techniques obstétricales ou chirurgie gynécologique et mammaire ; ou pour l'option gynécologie médicale : biochimie et physiologie hormonale ou oncologie médicale. Pour ce qui est de la formation pratique, les internes choisissant l'option gynécologie médicale n'ont plus que deux semestres obligatoires à effectuer en obstétrique ou chirurgie. Parmi les huit autres semestres de stages pratiques qu'ils ont à valider, trois sont à choix libre : l'étudiant peut choisir de les valider dans un service exerçant une toute autre spécialité. Pour les internes de l'option gynécologie obstétrique, deux semestres sont à choix libre et deux sont à valider dans des services agréés pour des disciplines chirurgicales proches : chirurgie générale, viscérale ou urologique. Cette réforme fait de la gynécologie médicale une spécialité d'exercice à part entière, exactement au même titre que la gynécologie obstétrique. Compte tenu de la grande imbrication et complémentarité des aspects médicaux et chirurgicaux de cette discipline, il est apparu nécessaire que tous, gynécologues médicaux et gynécologues obstétriciens, puissent en appréhender tous les aspects. C'est pourquoi, après plusieurs mois de consultation, il a été décidé de maintenir ces deux options de formation à l'intérieur d'un DES unique médico-chirurgical qui porte les deux options au même niveau de reconnaissance hospitalo-universitaire. En cela, ce nouveau DES de gynécologie obstétrique et gynécologie médicale est une réelle innovation qui servira de modèle dans les années qui viennent à l'élaboration d'autres cursus de formation dans les disciplines dont les aspects médicaux et chirurgicaux sont maintenant intimement mêlés.