Allez au contenu, Allez à la navigation

Conseils généraux associés aux politiques de loisirs des jeunes

11e législature

Question écrite n° 27790 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 21/09/2000 - page 3229

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la jeunesse et des sports sur l'avis du conseil économique et social intitulé " L'accueil des jeunes dans les centres de vacances et de loisirs " adopté par cette même assemblée au cours de sa séance du 28 juin 2000 et dans lequel ses auteurs estiment, à la page 36, qu' " il est nécessaire que les conseils généraux puissent être associés aux politiques de loisirs des jeunes, en complémentarité avec les autres institutions concernées, notamment les CAF (caisses d'allocations familiales). " Il lui demande son avis sur cette suggestion et aimerait savoir si le Gouvernement est favorable à son application.



Réponse du ministère : Jeunesse

publiée dans le JO Sénat du 30/11/2000 - page 4087

Réponse. - L'avis rendu le 28 juin 2000 par le conseil économique et social sur l'accueil des jeunes dans les centres de vacances et de loisirs (CVL) préconise un rapprochement entre les conseils généraux et les partenaires uvrant dans le domaine des loisirs et des jeunes. L'action du ministère de la jeunesse et des sports en la matière vise à encourager les politiques des collectivités territoriales et les projets associatifs qui participent à la construction d'une offre d'activités et de loisirs éducatifs tout au long de l'année, dans le cadre des temps péri- et extrascolaire. Cette démarche mobilise aujourd'hui de très nombreux acteurs locaux : services déconcentrés, collectivités territoriales, associations, organismes sociaux, familles, parents, enseignants... Madame la ministre de la jeunesse et des sports accorde une grande importance à ce que la réalisation de ces objectifs s'effectue en cohésion avec l'ensemble des acteurs concernés. Dans cet esprit, de nombreux conseils généraux participent activement aux côtés des caisses d'allocations familiales et d'autres institutions aux politiques en faveur des loisirs des jeunes dans leur département. Cet engagement ne peut qu'être encouragé, notamment dans le cadre des politiques territoriales contractualisées, dans le respect des compétences de chacun et du principe de libre administration des collectivités territoriales.