Allez au contenu, Allez à la navigation

Réhabilitation du château de Pont-de-Briques

11e législature

Question écrite n° 28207 de M. Jacques Legendre (Nord - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 12/10/2000 - page 3439

M. Jacques Legendre attire l'attention de Mme le ministre de la culture et de la communication sur l'intérêt que présente, pour le patrimoine régional Nord - Pas-de-Calais, la sauvegarde et la réhabilitation du château de Pont-de-Briques, à proximité de Boulogne-sur-Mer. Ce château a en particulier été habité par Napoléon Ier pendant plusieurs mois. Il y signa plus de 1 500 décrets et y rédigea une nombreuse correspondance. Il y eut également une activité importante, durant deux années, lorsqu'il projetait un débarquement en Angleterre. Aujourd'hui, cet édifice est délaissé alors qu'il pourrait par exemple être le lieu d'un musée dans le cadre de la coopération franco-britannique. Il exprime ainsi le souhait qu'elle en inspire son action ministérielle, en liaison avec le conseil régional Nord - Pas-de-Calais.



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 22/02/2001 - page 658

Réponse. - Le château de Pont-de-Briques à Saint-Léonard fut le quartier général de Napoléon Ier pendant la préparation de l'invasion avortée de la Grande-Bretagne, au camp de Boulogne. Les façades et toitures du château, de la chapelle et des pavillons d'entrée ainsi que les pièces décorées du rez-de-chaussée et du premier étage sont classées monuments historiques depuis le 1er octobre 1974. La veuve du propriétaire a émis une déclaration d'intention d'aliéner concernant ce bien qui est dans un état sanitaire très préoccupant. Les services de la conservation régionale des monuments historiques de Nord - Pas-de-Calais ont commandé à l'architecte en chef des monuments historiques, en 1999, une étude préalable sur les couvertures qui n'a pas été suivie de travaux à ce jour. Dès qu'un projet de restauration sera envisagé, la conservation régionale étudiera avec le nouveau propriétaire les modalités et le financement éventuel des travaux, dans le respect de la réglementation sur les monuments historiques.