Allez au contenu, Allez à la navigation

Conséquences de la suppression de l'activité transmanche passagers du port de Boulogne-sur-Mer

11e législature

Question écrite n° 28260 de M. Michel Sergent (Pas-de-Calais - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 12/10/2000 - page 3443

M. Michel Sergent attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur les conséquences de la suppression de l'activité transmanche passagers du port de Boulogne-sur-Mer. A compter du 1er octobre prochain, Hoverspeed, la seule compagnie transmanche assurant le transit passagers à Boulogne-sur-Mer, n'assurera plus sa liaison hivernale. Pour des raisons économiques et de regroupement d'activités sur le port de Calais, les liaisons rapides par catamarans ne permettront plus d'irriguer le commerce local boulonnais, laissant ainsi le port de Boulogne-sur-Mer dans une nouvelle phase de difficultés très importantes. Si les mesures préconisées par son ministère à l'égard de la région du Calaisis sont explicites, il lui demande de bien vouloir se prononcer sur l'activité transmanche du port de Boulogne-sur-Mer et les mesures spécifiques qu'il entend prendre pour pérenniser cette activité fondamentale pour l'économie boulonnaise.



Réponse du ministère : Économie

publiée dans le JO Sénat du 28/12/2000 - page 4473

Réponse. - L'Etat a déployé des efforts particulièrement importants au profit du port de Boulogne-sur-Mer. Ils ont tout d'abord permis d'en réduire la dette et d'alléger ses charges financières au cours des trois dernières années, celle-ci étant divisée par deux pour atteindre 55 millions de francs environ à la fin 1999. Les contrats de plan confirment par ailleurs l'attention portée par l'Etat au port de Boulogne-sur-Mer pour relayer les initiatives du concessionnaire dans le développement du trafic : la somme d'une quarantaine de millions de francs consacrée dans le précédent contrat de plan à la réhabilitation d'ouvrages d'infrastructures portuaires a ainsi été augmentée dans le présent contrat. Plus de cinquante millions de crédits de l'Etat y sont inscrits au profit du port. Dans ces conditions, il appartient au port d'assumer la responsabilité de sa gestion en fonction de ses atouts propres. Il apparaît en particulier que le port remporte de bons résultats concernant le trafic fret qui connaît une progression constante, et a atteint, en 1999, le seuil du million de tonnes. Cette situation positive amène le concessionnaire à poursuivre aujourd'hui l'objectif d'une mise en service d'un deuxième navire de fret opérant depuis Boulogne-sur-Mer. S'agissant de la desserte passagers qui a baissé de 28 % en 1999, il appartient également au concessionnaire de gérer les relations avec les entreprises privées comme Hoverspeed.